Face aux opérations policières menées par Madrid, les indépendantistes catalans ont décidé de descendre dans la rue pour réclamer le droit de voter, dénonçant la «répression» de l'État espagnol «totalitaire».

Les séparatistes catalans résistent

Des milliers de militants indépendantistes sont restés massés aux abords du bâtiment de la vice-présidence catalane à Barcelone de longues heures dans la nuit de mercredi à jeudi, alors que les opérations policières pour empêcher un référendum d'autodétermination interdit s'étaient multipliées.
«Cette nuit, nous la passerons ici!» criaient des manifestants aux alentours de minuit, alors que d'autres promettaient de ne pas faire «un pas en arrière». 
Les militants bloquaient les accès au siège de la vice-présidence et du département d'Économie, selon un journaliste de l'AFP, et une grande confusion régnait vers 1h du matin (19h, heure locale) sur le sort d'agents de la garde civile chargés de perquisitions sur place, qui n'étaient toujours pas sortis.
«Ils attendent de pouvoir sortir», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la garde civile.
«Certaines personnes qui voulaient partir n'ont pas quitté les lieux parce que nous n'avons pas voulu», a dit de son côté l'un des leaders de la manifestation, Jordi Sanchez, qui dirige une des principales associations indépendantistes, l'Assemblée nationale catalane (ANC).
Selon Jordi Cuixart, président d'Omnium, une autre organisation séparatiste organisatrice de la manifestation, une douzaine de gardes restaient à l'intérieur.
Les manifestants se sont toutefois dispersés plus tard. Vers 3h du matin, il ne restait plus qu'une poignée de 200 manifestants.
Les manifestations avaient commencé mercredi dans la matinée quand s'est répandue la nouvelle de l'arrestation de 14 hauts responsables du gouvernement catalan, en parallèle à une vague de perquisitions dans plusieurs bâtiments de l'exécutif régional.
Le gouvernement catalan, dirigé par des séparatistes, est décidé à organiser coûte que coûte un référendum d'autodétermination le 1er octobre en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle.
Cependant le gouvernement espagnol a promis de tout faire pour qu'il n'ait pas lieu.
Mercredi, la garde civile a d'ailleurs saisi près de 10 millions de bulletins de vote, à Bigues, dans un entrepôt à 45 km au nord de Barcelone. La veille, elle avait saisi 45 000 convocations d'assesseurs pour les bureaux de vote.
Face à ces opérations, les indépendantistes ont décidé de descendre dans la rue pour réclamer le droit de voter, dénonçant la «répression» de l'État espagnol «totalitaire». Les séparatistes sont majoritaires - en sièges - au Parlement régional depuis septembre 2015. Mais les Catalans sont partagés presque à parts égales sur l'indépendance.
En revanche plus de 70 % souhaitent pouvoir s'exprimer à travers un référendum en bonne et due forme, selon tous les sondages.