Les secours s'activent pour retrouver les survivants du séisme au Japon

Les forces armées et les autres secours ont redoublé d'efforts, samedi, pour rescaper des résidents piégés en dessous des décombres après le passage de plusieurs puissants séismes dans le sud du Japon qui ont fait au moins 41 victimes et 1500 blessés.
Des précipitations de pluies étaient prévues dans la région, ce qui pourrait compliquer les opérations de secours et provoquer des glissements de terrain dans les zones rurales isolées, où plusieurs maisons ont été détruites.
Riho Tajima, responsable de la préfecture de Kumamoto, sur l'île de Kyushu, a précisé que 22 personnes étaient mortes à la suite du tremblement de terre de magnitude 7,3 qui a secoué la région du sud, samedi matin. Jeudi soir, un séisme de magnitude 6,5 avait frappé l'île, faisant dix morts.
Selon les médias japonais, près de 200 000 maisons étaient privées d'électricité et quelque 400 000 ménages n'avaient plus accès à l'eau courante.
Des milliers de personnes ont fait la file dans des refuges avant la tombée de la nuit pour recevoir des vivres. Les magasins, qui ont rapidement épuisé leurs réserves, ont dû fermer leurs portes.
Le secrétaire général du Cabinet japonais, Yoshihide Suga, a dit que parmi les 1500 blessés, 184 étaient dans un état grave. Plus de 91 000 Japonais ont dû évacuer leurs résidences et plus de 200 maisons ou bâtiments ont été détruits ou endommagés, a-t-il ajouté.
M. Suga a indiqué que 20 000 soldats avaient été déployés en plus des policiers et des pompiers.
Le premier ministre Shinzo Abe s'est dit inquiet sur la possibilité que des glissements de terrain surviennent avec la pluie et les forts vents. Des glissements de terrain ont déjà affecté des routes et détruit des ponts, ce qui a ralenti le travail des secouristes.
Plusieurs répliques
La région a été touchée par plusieurs répliques sismiques, mais le tremblement de terre de samedi matin est probablement le choc principal, selon l'Agence météorologique du Japon. Les secousses de jeudi annonçaient probablement le séisme de samedi.
Ce séisme était 30 fois plus puissant que celui de jeudi, a souligné le professeur à l'Université ouverte du Royaume-Uni, David Rothery. Il arrive - rarement - qu'un tremblement de terre plus grand et plus foudroyant suive une secousse qui était perçue comme «l'événement principal», a-t-il expliqué.
Le mont Aso, le plus grand volcan actif au Japon, est entré en éruption pour la première fois du mois, projetant de la fumée à quelque 100 mètres de hauteur, mais aucun dommage n'a été constaté. On ne sait pas s'il y a un lien entre le séisme et l'éruption.