L'entraînement avait été suspendu en décembre, quatre jours après qu'un aviateur saoudien, Mohammed al-Shamrania, avait ouvert le feu avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola, faisant trois morts et huit blessés avant d'être abattu par la police.
L'entraînement avait été suspendu en décembre, quatre jours après qu'un aviateur saoudien, Mohammed al-Shamrania, avait ouvert le feu avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola, faisant trois morts et huit blessés avant d'être abattu par la police.

Les pilotes saoudiens en formation aux États-Unis ont repris l'entraînement

WASHINGTON — Le Pentagone a annoncé mercredi que les pilotes saoudiens en formation aux États-Unis avaient repris l'entraînement, deux mois après la fusillade de Pensacola, dans laquelle trois jeunes militaires américains ont été tués par un pilote saoudien, un acte qualifié par Washington de «terroriste».

L'US Navy a précisé que l'entraînement avait repris mardi sur la base de Pensacola, en Floride, avec des mesures de sécurité plus strictes. Les pilotes étrangers en formation n'ont notamment pas le droit de posséder des armes et ne peuvent se déplacer que dans certaines zones de la base.

L'entraînement avait été suspendu en décembre, quatre jours après qu'un aviateur saoudien, Mohammed al-Shamrania, avait ouvert le feu avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola, faisant trois morts et huit blessés avant d'être abattu par la police.

L'enquête avait conclu qu'il était «motivé par l'idéologie jihadiste», mais qu'il avait agi seul.

Néanmoins, 21 aviateurs saoudiens avaient par la suite été expulsés des États-Unis pour possession de documentation jihadiste ou de contenus pédophiles.