Même si l'État islamique a revendiqué l'attaque au couteau survenue à Sourgout, la police russe préfère parler de «tentative d'homicide» plutôt que de «terrorisme».

L'EI revendique une attaque au couteau en Sibérie

L'organisation État islamique (EI) a revendiqué une attaque au couteau ayant fait sept blessés samedi dans la ville russe de Sourgout et dont l'auteur a été abattu par la police, qui a ouvert une enquête pour «tentative d'homicide» et non pour «terrorisme».
En fin d'avant-midi, un homme a attaqué des passants dans le centre de cette ville de Sibérie occidentale de 330 000 habitants, située à 2100 km de Moscou, selon le Comité d'enquête russe, l'organe chargé des principales enquêtes criminelles.
Au moins sept personnes ont été blessées, dont deux sont dans un état grave.
L'auteur de l'attaque, encagoulé, a tenté de «résister» aux policiers avant d'être abattu, ont assuré les forces de l'ordre, qui précisent avoir identifié l'assaillant, un habitant de Sourgout né en 1994, et examiner ses antécédents psychiatriques.
Une enquête judiciaire pour tentative d'homicide a été ouverte, sous le contrôle direct du directeur du comité, Alexandre Bastrikine, a annoncé dans un communiqué cet organe.
Sur des images diffusées par des sites Internet d'information et des chaînes de télévision russes, on pouvait voir le corps de l'assaillant sous un drap blanc, un chien policier reniflant le cadavre, ainsi qu'un blessé effondré sur un banc, entouré d'une flaque de sang.
Les blessés, âgés de 27 à 77 ans, ont tous été hospitalisés, selon la police. Leurs blessures sont principalement à la tête, à la nuque et au ventre, a expliqué le docteur Alexandre Ivanov à la chaîne de télévision russe Ougra.