Kim Jong-un et Donald Trump lors du sommet à Singapour le 12 juin dernier.

Le Vietnam, terre de compromis pour le sommet Trump-Kim Jong-un

HANOï — Un État communiste qui a embrassé le capitalisme, un allié de longue date de Pyongyang, un lieu stratégique pour Washington : le Vietnam, choisi par Donald Trump et Kim Jong-un pour leur second sommet sur la dénucléarisation de la Corée du Nord, a des atouts multiples.

Le pays d’Asie du Sud-Est est symbolique pour la Corée du Nord, car il fut coupé en deux plus de 20 ans pendant la Guerre froide, tout comme la péninsule coréenne aujourd’hui. Hanoï et Pyongyang entretiennent des relations diplomatiques depuis 1950 et la Corée du Nord avait même soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort.

Mais, d’un point de vue économique, les échanges commerciaux bilatéraux ont régressé entre les deux pays à la suite des sanctions édictées par l’ONU à l’encontre de Pyongyang.

Et Kim Jong-un ne s’est jamais rendu dans ce pays d’Asie du Sud-Est, son grand-père Kim Il Song ayant été le dernier dirigeant nord-coréen à entreprendre le voyage en 1961.

Le déplacement de Kim Jong-un pourrait donc lui permettre de consolider leurs relations, mais aussi de tirer des leçons de la transformation économique du Vietnam.

Washington espère aussi que le modèle économique vietnamien pourra inspirer le dirigeant nord-coréen.

L’intérêt pour Trump sera aussi de tenter de limiter l’influence grandissante de Pékin, principal soutien économique et allié diplomatique d’une Corée du Nord isolée sur la scène internationale.

Trump pourrait utiliser le Vietnam pour «signaler à Pékin que la Corée du Nord n’est pas entre leurs mains» et que les États-Unis «peuvent faire contrepoids à l’influence chinoise», estime Cheon Seong Whun, chercheur invité à l’Institut Asan pour les études politiques à Séoul.

Le pays est aussi hautement symbolique pour Washington, en particulier la station balnéaire de Danang, dont le nom a été évoqué pour le sommet Kim-Trump et qui fut le premier endroit où les troupes américaines ont atterri pendant la guerre du Vietnam.