Photo aérienne du site de renflouage du «Seawol» prise jeudi.

Le traversier Sewol remonté à la surface

Un traversier sud-coréen de 6800 tonnes a finalement été remonté à la surface, jeudi, près de trois ans après un naufrage qui a fait plus de 300 morts.
Les opérations ont toutefois été suspendues quand les ouvriers ont découvert qu'une porte utilisée pour le chargement des voitures s'est ouverte et pend sur le côté du navire. Cette porte empêche pour le moment de placer le Sewol à bord de la plateforme de sauvetage semi-submersible qui devait le transporter jusqu'à un port.
Des proches des passagers disparus du <em>Sewol</em> surveillent les opérations de renflouage à partir d'une embarquation, jeudi.
Des plongeurs tentent maintenant de couper la porte avec des torches. Ils doivent compléter l'opération au cours des prochaines heures, puisque le secteur où ils se trouvent est connu pour ses courants violents. La mer est actuellement calme, mais les courants doivent prendre de la force samedi.
Des ouvriers à bord de deux barges avaient glissé mercredi 66 câbles sous l'épave du Sewol, qui reposait sur son flanc gauche dans environ 45 mètres d'eau. Ces câbles sont reliés à une armature de métal que des plongeurs ont assemblé au cours des derniers mois.
Le stabilisateur du Sewol a fait surface vers 3h45 (14h45, heure du Québec). Environ une heure plus tard, le flanc bleu et blanc du navire, abîmé et rouillé et sans le nom Sewol maintenant effacé, a émergé pour la première fois en près de 1000 jours. Vers 7h, le traversier avait été suffisamment renfloué pour que les ouvriers puissent grimper dessus et l'arrimer plus solidement aux barges.
Vers 17h, le traversier dépassait la surface d'environ 8,5 mètres.
Les corps de 295 passagers ont été récupérés après le naufrage du 16 avril 2014, mais neuf n'ont jamais été retrouvés. Leurs proches, dont certains s'étaient déplacés pour l'opération, espèrent que leurs restes se trouvent toujours à bord du navire. La plupart des victimes sont des étudiants qui participaient à un voyage scolaire.
Le port de la ville de Mokpo où doit être conduit le traversier se trouve à 90 kilomètres de là, un trajet qui prendra au moins deux semaines. Des experts tenteront alors non seulement de retrouver les disparus, mais aussi de mieux comprendre ce qui a causé l'accident.
Le naufrage avait provoqué une véritable crise nationale. Le capitaine du traversier a survécu à la catastrophe et purge maintenant une peine de prison à vie après avoir été jugé coupable d'homicide par négligence volontaire, puisqu'il a quitté le navire sans lancer l'ordre d'évacuer.
La Corée du Sud avait accordé en 2015 un contrat de 76 millions $US à une entreprise chinoise pour récupérer le Sewol.