Les autorités turques ont annoncé mardi avoir arrêté un homme qui a admis être l'auteur de la tuerie d'Istanbul. Le suspect a été épinglé lorsque la police a perquisitionné une maison d'un secteur résidentiel du district d'Esenyurt, à Istanbul.

Le tireur d'Istanbul serait passé aux aveux

L'homme qui aurait perpétré l'attaque dans une boîte de nuit d'Istanbul lors des célébrations du Nouvel An est passé aux aveux et ses empreintes digitales correspondent à celles du tireur, ont affirmé mardi les autorités turques. L'homme a été identifié comme un Ouzbek s'étant entraîné en Afghanistan avant de mener l'attaque au nom de Daech (le groupe armé État islamique).
L'homme soupçonné d'avoir tué 39 personnes a été arrêté pendant une opération policière menée dans la nuit de lundi à mardi à Istanbul.
Le suspect, qui a changé de vêtements durant l'attaque, a fui les lieux en se mêlant à la foule de survivants. Il est parvenu à échapper à la police pendant plus de deux semaines, et serait apparemment allé chercher son fils dans un quartier ouvrier d'Istanbul avant de se cacher dans un appartement de luxe dans un autre quartier populaire.
Il a été épinglé lorsque la police a perquisitionné une maison d'un secteur résidentiel du district d'Esenyurt, à Istanbul, selon la télévision privée NTV. L'individu se trouvait dans la maison d'un ami originaire du Kirghizstan, a indiqué NTV.
Le premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré mardi que l'«ignoble terroriste» ayant attaqué les gens réunis dans la boîte de nuit avait été arrêté. S'adressant aux médias à Ankara, il a soutenu que les «forces» responsables de l'attaque finiraient par être identifiées.
Daech a revendiqué la responsabilité du massacre dans la boîte de nuit Reina, affirmant qu'il s'agissait d'une attaque en représailles aux opérations militaires de la Turquie dans le nord de la Syrie.
M. Yildirim n'a pas voulu fournir plus de détails concernant l'enquête ou l'arrestation.
Le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, a affirmé que le suspect serait arrivé en Turquie en 2016. M. Sahin l'a identifié comme étant Abdulkadir Masharipov. Des médias turcs rapportent plutôt que son prénom est Abdulgadir.
L'état d'urgence actuellement en vigueur en Turquie permet la détention du suspect pendant 30 jours, avant le dépôt d'accusations et son arrestation formelle. Le procès pourrait ne pas débuter avant plusieurs mois.
Le suspect, a dit M. Sahin, est un terroriste instruit qui parle quatre langues et qui a clairement frappé au nom de Daech. Son nom de guerre était «Ebou Muhammed Horasani».