L'EI avait revendiqué le massacre perpétré à Dacca le 1er juillet et publié des images du carnage avant l'assaut donné par la police mais les autorités du Bangladesh nient la présence de tout groupe djihadiste international dans le pays.

Le suspect canadien de l'attentat de Dacca est tué

La police du Bangladesh a tué trois suspects, dont un Canadien, soupçonnés d'avoir planifié l'attaque meurtrière dans un restaurant qui a fait 20 morts le mois dernier, à Dacca, la capitale.
Tamim Chowdhury, qui possède la double nationalité canadienne et bangladaise, était recherché depuis l'attaque de Dacca et la police avait offert une récompense de 25 000 dollars pour toute information permettant de le retrouver.
Des échanges de tirs ont opposé pendant une heure les policiers aux djihadistes retranchés dans une cache à Narayanganj, une localité à 25 km au sud de Dacca, a indiqué à l'AFP un haut responsable de la police, Sanwar Hossain.
«Tamim Chowdhury est mort. Il est le cerveau de l'attaque de Gulshan et le chef du JMB» (Jamayetul Mujahideen Bangladesh), a ajouté l'officier de police.
Le JMB est un groupe islamiste local interdit et accusé du meurtre de dizaines d'étrangers ou de membres de minorités religieuses.
Renforcer «la confiance du peuple»
La Première ministre du Bangladesh Sheikh Hasina a salué le travail des services de police et de renseignement, assurant que le pays était maintenant «à l'abri d'un nouveau malheur».
Confirmant que «l'un des principaux cerveaux» de l'attaque de juillet avait été abattu, la Première ministre a également déclaré à la presse qu'«éliminer les extrémistes» permettrait de renforcer «la confiance du peuple».
Le 1er juillet, au moins cinq hommes avaient pris d'assaut le restaurant Holey Artisan Bakery, situé dans le quartier huppé de Gulshan, massacrant vingt otages, en majorité des Italiens et des Japonais.
Le groupe État Islamique avait revendiqué le massacre de Dacca le 1er juillet et publié des images du carnage avant l'assaut donné par la police mais les autorités du Bangladesh nient la présence de tout groupe jihadiste international dans le pays, et ont rejeté la responsabilité des récents attentats sur le JMB.
«On peut voir les trois corps. Il ne se sont pas rendus. Ils ont lancé quatre ou cing grenades sur la police et ont tiré» à l'arme automatique, a déclaré à l'AFP le chef de la police nationale du Bangladesh, A.K.M Shahidul Hoque.
«Trois extrémistes ont été tués, parmi lesquels une personne qui correspond à la photo que nous avons de Tamim Chowdhury», a-t-il ajouté. Avec Associated Press