Marine Le Pen et François Fillon

Le Pen plagie un discours de Fillon afin de faire un «clin d'oeil»

Marine Le Pen a délibérément plagié des parties d'un discours de François Fillon afin de faire un «clin d'oeil» à l'ex-candidat présidentiel et aux électeurs qu'elle espère convaincre en fin de campagne, a indiqué le porte-parole de la candidate, mardi.
François Fillon avait livré le discours sur le rôle de la France dans l'Europe et dans le monde le 15 avril, deux semaines seulement avant le discours de Mme Le Pen, lundi.
Le sujet est au coeur de la campagne de Mme Le Pen, qui promet de retirer la France de l'Union européenne et de retourner à l'ancienne devise du pays, le franc. Elle a également critiqué les effets de la mondialisation sur l'économie et la culture françaises.
Trois porte-parole différents de Mme Le Pen ont utilisé le mot «clin d'oeil» pour décrire les extraits plagiés du discours de M. Fillon. À aucun moment dans le discours elle n'a cité son ancien adversaire ni mentionné la source des extraits.
Immédiatement après avoir été éliminé après le premier tour de vote, M. Fillon a demandé à ses sympathisants d'appuyer son rival centriste, Emmanuel Macron.
M. Macron et Mme Le Pen tentent maintenant tous les deux de séduire ceux qui avaient appuyé les neuf autres candidats éliminés après ce premier vote.
M. Macron a promis de proposer une loi sur l'éthique qui éliminerait les conflits d'intérêts chez les élus, le népotisme et d'autres problèmes éthiques qui ont contrarié les électeurs.
Celui qui a lancé son mouvement politique il y a un an à peine a également assuré qu'il réussirait à obtenir l'appui d'une majorité d'élus afin de faire adopter sa loi sur l'éthique, ainsi que d'autres mesures dont a besoin la France, selon lui, pour se sortir du marasme économique.
Les élections législatives auront lieu en juin, et le prochain président dépendra de ces élus pour mettre en oeuvre son programme. M. Macron, qui a obtenu des appuis tant de la droite que de la gauche, a affirmé mardi que les candidats devront quitter leur parti pour se présenter dans son mouvement politique.