Le Boston Globe a fait parvenir une douzaine de pizzas à leurs collègues du Manchester Evening News pour les aider à tenir le coup.

Le Boston Globe offre des pizzas au Manchester Evening News

De la pizza pour aider leurs collègues journalistes de Manchester à tenir le coup : c'est le petit geste qu'a fait le principal journal de Boston, The Boston Globe, après avoir bénéficié d'un cadeau similaire lors d'un attentat contre le marathon de la ville en 2013.
L'idée est venue de la rédaction mardi, au lendemain de l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts et des dizaines de blessés, a expliqué Emily Procknal, chargée des relations avec les lecteurs pour ce grand journal du nord-est des États-Unis. «On s'est dit que ce serait bien de faire quelque chose pour les gens du Manchester Evening News», a-t-elle expliqué.
Comme les journalistes du Boston Globe avaient eux-mêmes reçu des pizzas de leurs collègues du Chicago Tribune en avril 2013, après l'attentat du marathon, l'idée d'envoyer une dizaine de pizzas et des bâtonnets de pain à grignoter s'est vite imposée, a-t-elle raconté.
D'autant que depuis 2013, les médias américains ont reproduit ce geste plusieurs fois au bénéfice de journaux soumis au stress d'une couverture d'évènements dramatiques, a ajouté Mme Procknal.
Un geste apprécié
Plusieurs médias ont ainsi envoyé des pizzas au journal d'Orlando après l'attentat contre une discothèque de cette ville en juin 2016, d'autres encore en ont offertes au Baltimore Sun lors des journées d'émeutes qui ont ébranlé la ville en avril 2015.
Au Manchester Evening News, il semble que le geste ait été apprécié.
«Le Boston Globe nous a envoyé de la pizza pour nous faire tenir. Merci les amis», a tweeté le grand journal de la métropole anglaise mercredi, avec une photo d'une douzaine de boîtes de pizzas ouvertes sur une table.
Reconnaissance sur les réseaux sociaux
Le geste de solidarité a été relayé sur les réseaux sociaux, le plus souvent avec des commentaires positifs.
«Ca me rend fière d'être Bostonienne, avec des larmes de gratitude», a tweeté Barb Sabran, une cadre marketing.
«Honnêtement, ça fait tellement chaud au coeur», a réagi Amy Churchman, étudiante à l'université de Birmingham.