La catastrophe a ravagé la ville de Mocoa, chef-lieu du Putumayo, une région du sud de la Colombie.

Le bilan de la coulée de boue passe à 262 morts en Colombie

Le bilan de la coulée de boue qui a dévasté samedi une petite ville de la Colombie s'élevait lundi à 262 morts, dont 43 enfants.
La catastrophe naturelle, déclenchée par de fortes pluies, est survenue vers minuit à Mocoa, une ville d'environ 40 000 habitants située près de la frontière avec l'Équateur. La localité est située entre deux montagnes et au centre de deux rivières.
L'eau boueuse et les débris ont rapidement envahi les rues, renversant des maisons, déracinant des arbres, et emportant des voitures. Alors que la plupart des résidants sommeillaient, nombre d'entre eux n'ont pas eu le temps d'aller se réfugier sur le toit de leur maison ou de se mettre à l'abri.
Selon la Croix-Rouge, plus de 200 personnes ont été blessées et au moins 220 autres manquent à l'appel.
Le président colombien, Juan Manuel Santos, s'est rendu sur place et a appelé l'armée et les autorités en gestion des catastrophes naturelles à allier leurs forces.
Un médecin qui travaille dans un hôpital local, Herman Granados, a dit estimer que plus de 300 personnes étaient blessées. Il a lui aussi affirmé s'attendre à ce que le nombre de victimes continue de grimper.
Des témoins ont relaté avoir senti des bâtiments trembler alors que les inondations commençaient. Bien qu'une alarme ait été déclenchée, celle-ci n'aurait pas été entendue partout dans la ville, selon des survivants.
Le président Juan Manuel Santos croit que les changements climatiques sont responsables de la catastrophe, soulignant que les précipitations tombées en une nuit équivalent au tiers de ce que reçoit normalement Mocoa au mois de mars.