Las Vegas a été le théâtre de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire moderne des États-Unis, dimanche soir.

Las Vegas: fusillade la plus meurtrière de l'histoire américaine

Un homme perché au 32e étage d'un casino de Las Vegas a tiré de nombreuses balles en direction de la foule qui assistait à un festival de musique country en plein air, tout près, faisant au moins 50 morts et plus de 200 blessés, ont indiqué les autorités, lundi. Il s'agit de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire moderne des États-Unis.
Plus de 400 victimes ont été transportées à l'hôpital, selon les autorités.
Des agents d'intervention d'urgence sont entrés dans la chambre d'hôtel du tireur, où ils ont constaté qu'il s'était enlevé la vie. L'homme était en possession d'au moins huit armes à feu. Le motif de l'attaque n'a pas immédiatement été précisé.
Le département de la Sécurité intérieure a précisé que rien ne permettait de croire que d'autres lieux publics aux États-Unis pouvaient être menacés.
Le chanteur country Jason Aldean était sur scène devant une foule de 22 000 personnes, dimanche soir, dans le cadre du Route 91 Harvest Festival, lorsque le tireur a ouvert le feu de l'autre côté de la rue depuis l'hôtel et casino Mandalay Bay.
Le tireur a été identifié comme étant Stephen Paddock, 64 ans, de Mesquite, dans le Nevada.
Jason Aldean était au milieu d'une chanson lorsque les premiers coups se sont fait entendre. Une vidéo de la fusillade le montre arrêtant de chanter, la foule devenant silencieuse comme si tout le monde se demandait ce qui se passait. Le tireur a pris une pause avant d'envoyer une autre série de balles, faisant tomber de plus en plus de victimes au sol pendant que d'autres fuyaient en panique. Certains ont raconté s'être mis à l'abri derrière les comptoirs à friandises, tandis que d'autres ont rampé sous des voitures garées.
Kodiak Yazzie, 36 ans, raconte que la musique a cessé pendant un moment lorsque les premiers coups de feu se sont faits entendre, puis qu'elle a repris avant que les coups ne repartent de plus belle.
Des milliers de spectateurs ont alors tenté de fuir la scène. Monique Dumas, une résidante de la Colombie-Britannique, a raconté qu'elle se trouvait à six rangées de la scène lorsqu'elle a d'abord cru entendre une bouteille se briser, puis une série de coups qui ressemblaient à des feux d'artifice. Elle décrit sa fuite comme un «chaos organisé», alors que tous les spectateurs tentaient de quitter les lieux. «Il nous a fallu de quatre à cinq minutes, et pendant tout ce temps, il y avait des coups de feu.»
En plus de Stephen Paddock, les policiers ont pendant un certain temps recherché une femme - Marilou Danley, 62 ans - qui était possiblement sa colocataire. Ils ont par la suite déterminé que celle-ci n'avait rien à voir avec l'attaque.
Le shérif Lombardo a dit croire qu'il s'agissait d'une attaque menée par un «loup solitaire».
La police a fermé le boulevard généralement très occupé et les autorités fédérales et d'État ont convergé vers la scène au même moment où des dizaines d'ambulances transportaient les victimes touchées par les balles. Les salles d'urgence locales étaient remplies de victimes arrivées par ambulance. D'autres personnes ont transporté des blessés dans leur voiture jusqu'aux hôpitaux.
La police précise que deux policiers qui n'étaient pas en fonction et qui assistaient au concert font partie des morts, tandis que deux policiers en fonction ont été blessés. L'un d'entre eux est dans un état critique.
Quelques heures après la fusillade, Jason Aldean a écrit sur son compte Instagram qu'il était en sécurité, tout comme son équipe, ajoutant que l'incident avait été «plus qu'horrifiant».
«J'ai le coeur brisé que cela soit arrivé à des gens qui ne voulaient que profiter de ce qui devait être une soirée plaisante», a-t-il ajouté.
Le président des États-Unis, Donald Trump, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes, lundi, sur Twitter. La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a précisé que le président avait été mis au courant de la tragédie horrible et que son équipe et lui surveillaient attentivement la situation.
Alors que prenait fin un festival de musique country à Las Vegas, un tireur a ouvert le feu sur la foule depuis l'hôtel et casino Mandalay Bay.
La Maison-Blanche a précisé que le président devait faire une déclaration officielle, lundi matin, mais que les détails n'avaient pas encore été finalisés.
La fusillade de Las Vegas est devenue la plus meurtrière de l'histoire américaine moderne. Quarante-neuf personnes avaient été tuées lorsqu'un tireur avait ouvert le feu dans une boîte de nuit d'Orlando, en juin 2016.
L'incident est survenu plus de quatre mois après un attentat suicide qui avait fait 22 morts pendant un concert d'Ariana Grande, à Manchester, en Angleterre. En novembre 2015, près de 90 personnes avaient été tués par des tireurs appuyant Daech (le groupe armé État islamique) à un concert de Eagles of Death Metal, au Bataclan, à Paris.
Fusillades les plus meurtrières aux États-Unis depuis 25 ans
Les États-Unis ont connu de nombreuses fusillades au cours des 25 dernières années. Celle survenue dimanche soir à Las Vegas, qui a fait au moins 50 morts et quelque 200 blessés selon un bilan encore provisoire est la plus meurtrière depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Voici les principales d'entre elles.
- Las Vegas: Au moins 50 morts -
Le 1er octobre 2017, Stephen Paddock, un homme de 64 ans, a ouvert le feu du 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay, sur une foule en contrebas qui assistait à un concert à Las Vegas. Un bilan provisoire de la police faisait état lundi de 50 morts et quelque 200 blessés.
- Club gay à Orlando: 49 morts -
Le 12 juin 2016, un Américain d'origine afghane, Omar Mateen, tue 49 personnes et en blesse une cinquantaine dans un club gay d'Orlando (Floride), perpétrant le pire attentat aux États-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001. Après trois heures de négociations, les forces de l'ordre donnent l'assaut, abattant l'assaillant. L'organisation Etat islamique (EI), auquel le terroriste avait fait allégeance, revendique la fusillade.
- Virginia Tech: 32 morts -
Le 16 avril 2007, un étudiant de 23 ans d'origine coréenne tue 32 personnes avant de se donner la mort sur le campus de l'université de Virginia Tech à Blacksburg (Virginie, est).
- École primaire à Sandy Hook, 26 morts -
Le 14 décembre 2012, un jeune homme tue 26 personnes, dont 20 enfants de cours primaire, dans l'école de Sandy Hook à Newtown (Connecticut, nord-est), avant de se suicider.
- Killeen, Texas: 22 morts -
Le 16 octobre 1991, un homme tue 22 personnes dans un restaurant de Killeen (Texas) et en blesse une vingtaine avant de se donner la mort.
- San Bernardino: 14 morts -
Le 2 décembre 2015, un couple marié d'islamistes radicalisés d'origine pakistanaise ouvrent le feu lors d'un déjeuner de Noël à San Bernardino (Californie, ouest), faisant 14 morts et 22 blessés.
- Fort Hood: 13 morts -
Le 5 novembre 2009, un psychiatre militaire d'origine palestinienne déclenche la plus grave fusillade sur une base militaire américaine, tuant 13 personnes et en blessant 32 à Fort Hood (Texas, sud), avant d'être blessé et maîtrisé.
- Centre d'accueil pour immigrés à Binghamton: 13 morts -
Le 3 avril 2009, un homme d'origine vietnamienne tue 13 personnes dans un centre d'accueil pour immigrés à Binghamton (État de New York, nord-est).
- Columbine: 13 morts -
Le 20 avril 1999, à Littleton (Colorado, ouest), deux lycéens ouvrent le feu au lycée Columbine et tuent 12 élèves et un enseignant et blessent 24 autres personnes. Les deux tireurs se suicident sur les lieux du massacre.
- Bureaux de la Marine à Washington: 12 morts -
Le 16 septembre 2013, un homme, travaillant pour un sous-traitant du ministère de la Défense, ouvre le feu dans des bureaux de la Marine américaine, à Washington DC, tuant 12 personnes, avant d'être abattu par la police.
- Aurora: 12 morts -
Le 20 juillet 2012, un jeune homme lourdement armé fait irruption dans un multiplexe d'Aurora (Colorado, ouest) et ouvre le feu sur le public d'une séance de minuit de «Batman», faisant 12 morts et 70 blessés. L'auteur de la tuerie, James Holmes, a été condamné en août 2015 à la prison à perpétuité sans possibilité de libération.
Avec AFP