Le porte-avions Carl Vinson

«L'armada» promise par Trump en Corée n'est pas encore partie

«L'armada» américaine promise par le président des États-Unis Donald Trump près de la péninsule coréenne en réponse à la menace de Pyongyang n'a pas encore commencé à naviguer vers cette zone, a reconnu mardi un responsable américain de la Défense.
Le 8 avril, un porte-parole du commandement américain dans le Pacifique avait pourtant annoncé qu'un porte-avions américain, le Carl Vinson, et sa flotte faisaient route vers la péninsule coréenne, par «mesure de précaution», en mentionnant la menace nucléaire nord-coréenne.
Donald Trump avait ensuite déclaré le 12 avril sur la chaîne Fox Business : «nous sommes en train d'envoyer une armada. Très puissante».
En fait le groupe aéronaval «va commencer à faire route vers le nord en direction de la mer du Japon dans les 24 heures», a ajouté ce responsable qui a requis l'anonymat. Il n'arrivera sur zone que la semaine prochaine, a-t-il ajouté.
Selon ce responsable, les bateaux se trouvent toujours au large de la côte nord-ouest de l'Australie. Une photo de la marine américaine prise ce week-end montre le porte-avions au large de l'île de Java. 
Un groupe aéronaval
Le groupe aéronaval comprend le porte-avions Carl Vinson, de la classe des porte-avions Nimitz, son escadron aérien, deux destroyers lanceurs de missiles et un croiseur lanceur de missiles.
Le chef du Pentagone Jim Mattis avait déclaré le 11 avril que le Vinson était «en route» vers la péninsule coréenne.
Au moment du déploiement du groupe, plusieurs médias avaient affirmé qu'il faisait route vers la Corée du Nord depuis Singapour, alors qu'en fait il avançait dans la direction opposée.
La flotte américaine a de fait participé ces derniers jours à des exercices militaires avec la marine australienne, selon le responsable américain. L'administration Trump a haussé le ton contre la Corée du Nord après un nouvel essai - raté- de missile dimanche.
Donald Trump a conseillé lundi au dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un de «bien se tenir». La Corée du Nord a répondu, par la voix de son ambassadeur adjoint à l'ONU, qu'elle était prête à répondre à «n'importe quel type de guerre» déclenchée par les États-Unis.