En conférence de presse à la Maison-Blanche, Donald Trump a tenté de détendre l'atmosphère en disant à la blague qu'Angela Merkel avait peut-être été victime d'écoute téléphonique. La chancelière allemande n'a pas ri.

L'Allemagne «doit d'énormes sommes» aux États-Unis, dit Trump

Le président américain Donald Trump s'est livré à une diatribe contre l'Allemagne samedi affirmant que Berlin devait payer plus pour profiter du parapluie protecteur de l'OTAN et de Washington.
L'Allemagne «doit d'énormes sommes d'argent» à l'OTAN et aux États-Unis qui lui «fournissent une défense très puissante et très coûteuse», a tweeté le président moins de 24 heures après sa première rencontre en personne avec la Chancelière allemande Angela Merkel à la Maison-Blanche.
Dans deux tweets, le président américain écrit que «l'Allemagne doit d'énormes sommes d'argent à l'OTAN et les États-Unis doivent être plus payés pour la défense très puissante et très coûteuse qu'ils fournissent à l'Allemagne!».
Dans son premier tweet, il avait commencé par affirmer avoir eu une «EXCELLENTE» rencontre avec Mme Merkel vendredi à Washington, contrairement à ce que de nombreux observateurs ont vu comme une réunion tendue qui a souligné les divergences entre les deux dirigeants en particulier en matière de commerce ou d'immigration.
«En dépit de ce que vous avez entendu de la part des FAUSSES NOUVELLES. J'ai eu une EXCELLENTE rencontre avec la Chanclière Angela Merkel», a écrit le président depuis sa luxueuse résidence de Floride où il passe le week-end avant de se lancer dans son attaque en règle des dépenses militaires de Berlin.
Coupes budgétaires
Pourtant Mme Merkel avait assuré le président américain que l'Allemagne allait monter à 2% de son PIB la part de dépenses militaires lors de leur première rencontre en personne vendredi.
«Nous nous engageons aujourd'hui à cet objectif de 2% (du produit intérieur brut, NDLR) jusqu'en 2024», contre 1,2% actuellement, a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse commune, qui a souligné un peu plus les divergences entre les deux dirigeants.
Le reproche de M. Trump n'est pas nouveau, il en avait fait un slogan de campagne soulignant que les États-Unis, qui dépensent un peu plus de 3% de leur PIB dans la défense, portait une trop grande part du fardeau financier que représente l'Alliance atlantique.
La rhétorique de campagne de M. Trump a fait de l'effet et ramené le sujet du financement sur le devant de la scène parmi les membres de l'Alliance, qui ont procédé pendant des années à des coupes dans les budgets militaires.
Les menaces voilées du candidat Trump ont eu d'autant plus de portée que l'Alliance est confrontée à ce qu'elle perçoit comme une posture de plus en plus agressive de la part de la Russie, après l'annexion de la Crimée et avec le soutien apporté aux rebelles dans l'est de l'Ukraine.
En 2014, les Etats membres de l'OTAN avaient convenu d'augmenter leurs dépenses militaires au sein de l'Alliance pour qu'elles atteignent d'ici dix ans 2% de leur Produit intérieur brut (PIB).
Le PIB des États-Unis représente 46% des richesses nationales cumulées des pays alliés, mais leurs dépenses militaires (679 milliards de dollars en 2016) pèsent 68% du total des budgets de défense des 28 pays membres.
Hormis les États-Unis (3,36% du PIB), seuls le Royaume-Uni (2,17%), la Pologne (2,01%), l'Estonie (2,18% du PIB) et la Grèce (2,36%) atteignent l'objectif solennellement réaffirmé en 2014 par les dirigeants de l'OTAN, selon les estimations de l'OTAN pour 2016.