Noor Zahi Salman (à gauche) et Omar Mateen

La veuve du tueur d'Orlando inculpée pour complicité avec une organisation terroriste

La veuve d'Omar Mateen, qui a tué 49 personnes dans une boîte de nuit gaie d'Orlando en juin dernier, a été formellement inculpée mardi de complicité avec une organisation terroriste et d'obstruction à la justice.
D'après l'acte d'accusation, Noor Zahi Salman, Américaine d'origine palestinienne, a «en connaissance de cause aidé Omar Mateen», au moins entre fin avril 2016 et l'attaque du 12 juin, dans sa «tentative d'apporter un soutien et des ressources substantiels» à «une organisation étrangère terroriste, à savoir l'État islamique (EI)».
En outre, Mme Salman, 30 ans, «a volontairement induit en erreur» les enquêteurs de la police de Floride et les agents du FBI, ajoute l'acte d'inculpation.
Mme Salman, mère d'un garçon de 4 ans, dont le père est Omar Mateen, a été arrêtée lundi par le FBI à son domicile à Rodeo, ville située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de San Francisco, où elle s'est installée après la mort de son mari pour vivre avec des membres de sa famille.
Elle a comparu mardi devant un tribunal d'Oakland où les charges retenues à son encontre lui ont été signifiées. Une nouvelle audience a été programmée mercredi, a indiqué un porte-parole du bureau du procureur.
La jeune femme a été placée en détention à Rodeo, sans que l'on sache si son fils était avec elle. Son dossier devrait être transféré en Floride.
La fusillade du 12 juin dans le club Pulse a été l'attaque terroriste la plus meurtrière depuis le 11 septembre 2001 aux États-Unis, faisant 49 morts et 53 blessés. L'auteur du massacre a été abattu par les forces de l'ordre lors d'un échange de tirs. Au cours de l'attaque, il aurait appelé le numéro des urgences pour plaider allégeance à l'organisation État islamique.
L'homme, dont les parents ont immigré d'Afghanistan, s'était semble-t-il autoradicalisé en consultant de la propagande djihadiste sur Internet.
Dans un entretien en novembre au New York Times, Noor Salman avait dit qu'elle «ignorait tout» concernant l'attaque. «Je n'approuve pas ce qu'il a fait», avait-elle ajouté.
Des médias avancent à l'inverse qu'elle aurait eu connaissance des intentions criminelles de son mari et l'aurait accompagné au moins une fois lors d'un voyage de repérage dans la boîte de nuit où il a commis sa tuerie, et à une autre occasion quand il est allé acheter des munitions.
La jeune femme n'a quasiment rien dit lors de l'audience au tribunal mais son oncle Al Salman a dit aux journalistes à la sortie qu'elle ne savait rien de l'attaque et avait été victime de violences conjugales de la part de son ex-mari.
«Je sais qu'elle est innocente, 100 %» a déclaré M. Salman, ajoutant qu'elle s'inquiétait avant tout pour son fils.
«C'est une personne innocente, simple. Elle ne ferait pas de mal à une mouche», a-t-il conclu.