Des manifestants protestent à Istanbul, dimanche, contre l'interdiction de la parade LGBT prévue le 26 juin mais annulée par les autorités

La police turque disperse une manifestation LGBT

La police turque a tiré des gaz lacrymogènes et des balles de caoutchouc pour disperser des manifestants qui s'étaient rassemblés dimanche pour un défilé de la fierté trans à Istanbul, malgré l'interdiction imposée par le gouvernement.
<p>La police turque a utilisé des gaz lacrymogènes et des balles de plastique pour disperser la foule </p>
Des dizaines de militants des droits des personnes transgenres s'étaient réunis sur la rue Istiklal, une grande artère commerciale, et certains brandissaient le drapeau arc-en-ciel.
La police leur a ordonné de se disperser et a empêché les militants de marcher et de prononcer des discours. Certaines personnes ont été arrêtées.
Plus de 300 policiers en tenue antiémeute, appuyés par des canons à eau, ont été déployés le long de la rue piétonne et dans les rues adjacentes.
Le gouverneur d'Istanbul a interdit à la communauté LGBT (lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre) de tenir deux défilés cette année, celui de la Fierté trans qui devait avoir lieu dimanche, et un plus grand rassemblement LGBT prévu le 26 juin. Le bureau du gouverneur a évoqué des raisons de sécurité pour justifier l'interdiction.
Dans un communiqué qu'ils prévoyaient lire durant le rassemblement, les organisateurs de la Fierté trans ont affirmé que la communauté était «terrorisée tant par l'État que par les groupes puritains».
Des groupes islamistes et ultranationalistes avaient promis d'organiser des contre-manifestations pour empêcher la tenue du rassemblement, mais ils n'ont pas été vus dimanche.
Dans leur communiqué, les organisateurs du rassemblement rendent aussi hommage aux 49 victimes de la tuerie d'Orlando.