Malgré la neige, les évacuations se sont poursuivies mercredi à Alep.

La neige s'invite à Alep

Les derniers convois d'insurgés et de civils se préparaient mercredi à quitter Alep, deuxième ville de Syrie en passe de tomber totalement aux mains du régime de Bachar al-Assad après plus de quatre ans de guerre.
Environ 30 000 personnes ont déjà été évacuées du réduit rebelle d'Alep depuis jeudi dernier, d'après un nouveau chiffre du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Tous les blessés et les malades dans un état critique ont été évacués, précise l'organisation.
Le régime de Bachar al-Assad attend la fin des évacuations pour annoncer sa reprise d'Alep et signer ainsi sa plus grande victoire depuis le début de la guerre, en 2011. 
Malgré une tempête de neige, les évacuations se sont poursuivies mercredi avec des dizaines de bus et autres véhicules. Depuis le début des évacuations, le 15 décembre, des civils et des insurgés souhaitant quitter la ville, mais les opérations se font à un rythme irrégulier en raison de problèmes d'ordre logistique et d'incidents.
«Les derniers convois attendent encore de partir [du réduit rebelle]. Plusieurs navettes seront nécessaires», a affirmé la porte-parole du CICR en Syrie, Ingy Sedky.
Des soldats des forces prorégime marchent parmi les ruines, alors que la neige tombe à Alep.
De son côté, un responsable du groupe rebelle Ahrar al-Cham, Ahmad Qorra Ali, a indiqué que «des civils et des insurgés ne sont pas encore montés dans les bus», affirmant que le départ des bus risque d'être retardé en raison des conditions météorologiques.
«Les bus ne sont pas chauffés. Les passagers, femmes, enfants et personnes âgées souffrent du froid. Ils n'ont ni nourriture ni eau», a affirmé Ahmad al-Dbis, chef d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations à Khan al-Assal, point d'accueil en zone rebelle.
Aucune estimation précise n'était disponible quant au nombre de personnes demeurant encore dans la poche rebelle.
Pendant ce temps, des combats se poursuivent ailleurs en Syrie, alors que mercredi, 14 soldats turcs ont été tués et 33 blessés dans des affrontements avec des combattants de l'État islamique à Al-Bab, ville du nord du pays tenue par les djihadistes.