Le président Donald Trump devra subir son procès à une date qui reste à déterminer, probablement en janvier.

La destitution en cinq questions

Le 18 décembre, Donald Trump est devenu le troisième président des États-Unis visé par une procédure de destitution. Cinq questions pour expliquer une procédure qui a peu de chance d’aboutir, mais qui se retrouve au cœur de tous les calculs politiques, à 10 mois des élections présidentielles.

1. Qu’est-ce que la procédure de destitution?

On ne se débarrasse pas d’un président des États-Unis en criant «lapin». 1 Il faut suivre une longue procédure, parfois décrite comme un mélange «entre un séminaire sur la Constitution et une bataille de nourriture dans la cafétéria d’une école secondaire». 2

D’abord, un comité de la Chambre des représentants ouvre une enquête et rédige les chefs d’accusation. Ensuite, la Chambre se prononce. Une simple majorité suffit pour mettre en accusation le président. Ce dernier subit alors un procès devant le Sénat, avec les sénateurs dans le rôle des jurés. Les deux tiers doivent le déclarer coupable. 3

Le 18 décembre, une majorité des élus de la Chambre des représentants a retenu deux chefs d’accusation contre Donald Trump. Abus de pouvoir et obstruction au travail du Congrès. 4 Bref, le président devra subir son procès à une date qui reste à déterminer, probablement en janvier.

Le président a aussitôt dénoncé «un coup d’État». «La plus grande chasse aux sorcières de l’histoire». Mais ses adversaires ne sont pas en reste. Plusieurs blagues méchantes s’en prennent à sa crédibilité. Un échantillon? «Un incendie a ravagé la bibliothèque de Donald Trump, en brûlant les deux livres qui s’y trouvaient. Et le pire, c’est que le pauvre Trump n’avait pas fini de colorier le deuxième.» 

2. Est-ce qu’un président américain a déjà été destitué?

NON. Dans l’histoire des États-Unis, seulement deux présidents ont été visés par une procédure de destitution. Les deux ont été acquittés. En 1868, on reprochait à Andrew Jackson d’avoir congédié de manière illégale le secrétaire d’État à la Guerre. En 1998, Bill Clinton s’était parjuré pour cacher sa liaison avec une stagiaire de la Maison-Blanche, Monica Lewinsky. 

Le cas du président Richard Nixon apparaît différent. Le 9 août 1974, il a préféré démissionner AVANT que la procédure soit complétée. Il aurait probablement été destitué. Deux ans plus tôt, Nixon avait embauché une équipe pour voler des documents dans les locaux du Parti démocrate, point de départ du scandale du Watergate. Une phrase célèbre résumait sa philosophie: «quand le président le fait, cela veut dire que ce n’est pas illégal».

Encore aujourd’hui, Richard Nixon reste le seul président qui ait dû quitter la présidence avant la fin de son mandat. Avec sa hargne caractéristique, Monsieur était revenu sur l’épisode, en 1978. «Je ne mentais pas. J’ai seulement dit des choses qui n’ont pas eu l’air vraies, avec le recul.»

3. De quoi le président Trump est-il accusé? 

En résumé, le président Trump est accusé d’avoir fait pression sur l’Ukraine pour qu’elle déniche des informations compromettantes sur un adversaire, le démocrate Joe Biden. Le président est aussi soupçonné d’avoir marchandé une aide militaire de 400 millions $, en échange de ce coup de pouce à sa réélection.

Tout commence véritablement le 25 juillet, lorsque Donald Trump téléphone à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a une «faveur» à lui demander. Il veut que l’Ukraine enquête sur les agissements de l’ancien vice-président Joe Biden et de son fils, Hunter Biden. L’affaire, révélée par un lanceur d’alerte, n’a pas tardé à lancer les procédures de destitution.

De 2014 à 2019, Hunter Biden a siégé sur le conseil d’administration de Burisma Holdings, un compagnie de gaz naturel ukrainienne souvent mêlée à des scandales. À plusieurs reprises, le président Trump a suggéré que Joe Biden était intervenu pour protéger les affaires de son fils, mais sans jamais fournir de preuves. 5

Dans ces conditions, le geste de Donald Trump doit-il être assimilé à du chantage? Le président prétend qu’il n’était guidé que par la volonté de lutter contre la corruption. 6 Ses partisans ajoutent que la destitution n’est que le prolongement de la guerre que lui livrent les médias. «Si Donald Trump marchait sur les eaux du Potomac, disent-ils, les journaux du lendemain le critiqueraient quand même. Leurs manchettes clameraient: «Le président ne sait même pas nager!» 

4. Quelles sont les probabilités que Donald Trump soit destitué?

Quasiment nulles. Pour que Donald Trump soit destitué, il faut qu’au moins 67 sénateurs (sur 100) le déclarent coupable. Or, la majorité des Sénateurs sont républicains. Une vingtaine devraient voter contre «leur» président. Un événement si improbable, qu’on l’a comparé à une bataille de boules de neige en enfer. 7

À Washington, la ligne de parti est plus rigide que jamais. En 1998, 31 démocrates de la Chambre des représentants avaient défié leur parti pour voter en faveur de l’ouverture d’une procédure de destitution contre le président démocrate Bill Clinton. Cette année, aucun représentant républicain n’a osé faire la même chose contre Donald Trump.

En coulisses, quelques élus républicains anonymes émettent des doutes sur les gestes du président. Mais en public, tout le monde serre les rangs. Un représentant a comparé la procédure de destitution à l’attaque japonaise contre Pearl Harbor. Un autre a prétendu que Donald Trump avait eu moins de chance de se défendre que Jésus Christ devant Ponce Pilate.

Ce qui a permis à un humoriste de poser la question: «Quelle est la différence entre Jésus et Donald Trump? Réponse: Jésus n’a pas eu besoin de donner une importante somme d’argent à Marie-Madeleine pour acheter son silence.» 8

5. Si on connaît d’avance le résultat, à quoi bon continuer?

Chacun effectue ses calculs, en prévision de l’élection présidentielle du 3 novembre 2020. 9 Pour l’instant, les démocrates font durer le supplice. Dix jours après la mise en accusation de Donald Trump, ils n’avaient toujours pas transmis au Sénat les documents nécessaires au début du procès.

Certains analystes évoquent même la possibilité que les démocrates retardent indéfiniment la tenue du procès, pour éviter que Donald Trump puisse se vanter d’avoir été acquitté… 10 Ils veulent maintenir la pression. Décupler la rage du président. Et qui sait? De nouvelles révélations vont peut-être relancer l’affaire?

De leur côté, les républicains font le pari que la stratégie des démocrates se retournera contre eux. 11 En 1998, la popularité du président Bill Clinton avait bondi après la tentative de destitution. Le taux d’approbation du président avait atteint 73%. Apparemment, une partie de l’opinion publique estimait qu’on s’acharnait sur lui de manière injuste.

Au final, la quasi-destitution de Bill Clinton a été vite oubliée. Un an plus tard, les médias ont classé le scandale au 53e rang sur une liste des 100 histoires les plus significatives du XXe siècle. Une misère. En apprenant la nouvelle, on raconte que le président Clinton se serait exclamé: «Bon sang, mais que doit endurer un homme pour trouver une place dans le top-50 [les 50 premiers]?» 

Notes:

(1) Everything You Need to Know About Trump’s Impeachment Process, businessinsider.com, 20 décembre 2019.

(2) Two Impeachments, but Two Radically Different Accusations, The New York Times, 12 novembre 2019.

(3) What Is the Impeachment Process? A Step-by-Step Guide, The New York Times, 18 décembre 2019.

(4) What Happens Next in the Impeachment of President Trump? The Washington Post, 18 décembre 2019.

(5) What IS the Burisma Holdings? The Story Behind the Scandal-Tied Ukraine Firm That Hired Hunter Biden, foxnews.com, 18 novembre 2019.

(6) Trump Impeachment: A Very Simple Guide, bbc.com, 19 décembre 2019.

(7) Wich Senators Are Likely to Vote For Trump’s Removal, fivethirtyeight.com, 11 décembre 2019.

(8) Il s’agit d’une allusion au montant d’argent qu’aurait fait verser Trump à la star du porno Stormy Daniels.

(9) A Divided House Endorses Impeachment Inquiry Into Trump, The New York Times, 31 octobre 2019.

(10) Impeachment: à quoi jouent les démocrates? Courrier international, 27 décembre 2019.

(11) Warning Lights Are Flashing for Democrats as They Impeach Trump, cnn.com, 18 décembre 2019.