La Corée du Nord s’apprête à larguer sur le territoire sud-coréen des tracts hostiles au gouvernement de Séoul, dans un contexte de regain de tensions entre les deux pays.
La Corée du Nord s’apprête à larguer sur le territoire sud-coréen des tracts hostiles au gouvernement de Séoul, dans un contexte de regain de tensions entre les deux pays.

La Corée du Nord va larguer des tracts vers le Sud, selon les médias d’État

AFP
Agence France-Presse
SÉOUL — La Corée du Nord s’apprête à larguer sur le territoire sud-coréen des tracts hostiles au gouvernement de Séoul, ont rapporté samedi les médias d’État, dans un contexte de regain de tensions entre les deux pays.

Depuis le début du mois, Pyongyang multiplie les attaques au vitriol contre son voisin, notamment contre les transfuges nord-coréens qui, à partir du Sud, envoient des tracts de propagande par-delà la Zone démilitarisée, souvent accrochés à des ballons ou insérés dans des bouteilles lancées dans le fleuve frontalier.

Pyongyang a en outre spectaculairement détruit mardi le bureau de liaison intercoréen installé au nord de la Zone démilitarisée (DMZ) puis menacé de renforcer sa présence militaire aux abords de la DMZ.

À présent, des Nord-Coréens «indignés sont en train de préparer le largage à grande échelle de tracts» sur le Sud, a rapporté l’agence officielle KCNA.

Des photos diffusées par le journal officiel Rodong Sinmun montrent des mégots de cigarette et de la cendre entassés sur des portraits imprimés du président sud-coréen Moon Jae-in.

Un des tracts illustrés par une photo de M. Moon buvant une tasse est ainsi libellé : «Il a tout mangé, y compris l’accord entre la Corée du Nord et du Sud».

Le président sud-coréen, un des artisans du dialogue historique amorcé en 2018 entre les États-Unis et la Corée du Nord, a été visé cette semaine par une diatribe de la soeur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Kim Yo Jong.

Des experts interprètent l’attitude de Pyongyang comme une stratégie de provocations graduelles visant à arracher des concessions économiques à Séoul et Washington.

Les relations Nord-Sud n’ont cessé de se dégrader depuis le fiasco du deuxième sommet entre le président américain Donald Trump et Kim Jung Un, en février 2019 à Hanoï.