Kim Jong Un, aurait donné le feu vert à une «fabrication en série rapide» d'un nouveau missile testé dimanche.

La Corée du Nord prête à produire des missiles en série

La Corée du Nord a soutenu lundi qu'elle était maintenant prête à amorcer la production en série du nouveau missile à moyenne portée qu'elle aurait testé «avec succès» en fin de semaine.
Le missile, qui pourrait atteindre le Japon et les plus importantes bases militaires américaines dans ce pays, constitue selon Pyongyang une «réponse» aux politiques du président américain, Donald Trump.
À la demande des diplomates américains, japonais et sud-coréens, le Conseil de sécurité des Nations unies tiendra mardi une séance de «consultation» sur les essais nord-coréens.
Le missile «Pukguksong-2», à combustible solide, a franchi environ 500 kilomètres et atteint une altitude de 560 km, dimanche, avant de plonger dans l'océan Pacifique. Les médias nord-coréens on indiqué que d'autres missiles seront éventuellement lancés.
Le président Trump, en visite officielle au Proche-Orient, n'avait pas encore commenté cet essai lundi.
Selon l'agence de nouvelles officielle nord-coréenne, le test visait à vérifier les aspects techniques du système d'armement du missile et «sa capacité à s'adapter à diverses conditions de combat», avant de le distribuer au sein de l'armée.
Le leader nord-coréen, Kim Jong Un, aurait ensuite donné le feu vert à une «fabrication en série rapide» de ce nouveau missile.
Selon l'armée sud-coréenne, le test de dimanche constitue une autre étape dans le programme de développement des armes nucléaires de la Corée du Nord. Une semaine plus tôt, Pyongyang avait effectué avec succès le lancement d'un missile qui, selon les experts, pourrait éventuellement atteindre les États américains de l'Alaska et d'Hawaï. Les autorités nord-coréennes prétendent que ce missile pourrait transporter une ogive nucléaire.