Des résidents se sauvent alors que la Syrie bombarde Kilis, le 19 avril 2016. Les frappes provenant de la Syrie ont fait 21 morts et des dizaines de blessés à Kilis cette année.

La coalition et la Turquie tuent 104 militants de l'État islamique

Les frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis et l'artillerie de la Turquie ont tué 104 combattants du groupe armé État islamique (ÉI) en Syrie, a annoncé l'armée turque, samedi.
Citant des dirigeants militaires, l'agence de presse officielle Anadolu a rapporté que les bombardements s'étaient déroulés vendredi soir, quelques heures après que des roquettes provenant de la Syrie eurent blessé cinq personnes à Kilis, dans le sud de la Turquie.
Selon Anadolu, les frappes de la coalition et de l'artillerie turque ont également détruit sept bâtiments utilisés comme quartier général par l'ÉI.
Il n'a pas été possible de vérifier ces renseignements de manière indépendante et la Turquie n'a pas expliqué comment elle pouvait connaître le nombre de décès provoqués par ses attaques en Syrie.
Samedi, l'armée turque a également répliqué après que deux roquettes se furent écrasées dans un champ près d'Oguzeli, dans la province frontalière de Gaziantep, a révélé Anadolu.
L'agence de presse privée Dogan a affirmé que l'une de ces roquettes avait atterri dans un jardin à proximité de l'aéroport de Gaziantep, mais n'avait fait ni blessé ni dommage.
Les frappes provenant de la Syrie ont fait 21 morts et des dizaines de blessés à Kilis cette année.
Les autorités turcs ont accusé l'ÉI, qui est présent dans le nord de la Syrie, d'être derrière ces assauts. La Turquie réagit habituellement à ces agressions en bombardant les positions du groupe armé.