Rachel, 55 ans, mère de deux enfants, montre les blessures qui lui ont été infligées parce qu'elle a été accusée de «sanguma», sorcellerie ou magie noire.

La chasse aux sorcières fait régner la terreur sur les Hautes-Terres de Papouasie

VALLÉE DE TSAK — La terreur balaie certaines régions des Hautes-Terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée, théâtre de cruelles chasses aux sorcières accusées par des tribus apeurées d'incarner les forces du mal.

Une femme âgée se tord de douleur, supplie, alors qu'elle est brutalement frappée et violée sur le sol d'une cahute. Puis elle est traînée dehors, nue, ensanglantée et mourante. Une horde de villageois la frappe et la brûle jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus.

Tout le monde ou presque participe. Personne ne prend la peine de se masquer le visage. Personne n'intervient pour arrêter le lynchage.

La foule pense qu'elle a raison de faire ce qu'elle fait, que c'est la seule façon d'arrêter une sorcière qui n'est pas humaine, qui a tué l'un des leurs grâce à ses pouvoirs surnaturels et a dévoré son coeur.

Cette scène a été filmée par un téléphone portable, et la vidéo a été obtenue par l'AFP.

Comme des dizaines d'autres enregistrements rassemblés par la Police royale de Papouasie-Nouvelle-Guinée, elle montre la réalité brutale des chasses aux sorcières encore d'actualité dans ce pays d'Océanie.

Dans cette région reculée des Hautes-Terres, il y a eu ces dernières années au moins 20 meurtres en lien avec des accusations de sorcellerie, ainsi que des dizaines d'autres attaques violentes.

Dans des endroits isolés comme la vallée de Tsak, les agressions se sont répandues «comme une traînée de poudre», y compris contre un ancien président de la Cour suprême, raconte le commissaire Epenes Nili.

La croyance en la sorcellerie existe de longue date dans la province d'Enga et en Papouasie-Nouvelle-Guinée en général. Mais d'après des chercheurs, les lynchages généralisés sont une chose nouvelle dans cette province, de même que la violence extrême et la nature sexuelle des attaques.

Décès «inexplicables»

«C'est un phénomène nouveau», martèle Anton Lutz, missionnaire luthérien qui a passé sa vie dans la province d'Enga. Il a secouru plusieurs personnes accusées de sorcellerie, dont des enfants de six ans.

«Il y avait des croyances anciennes sur les fantômes, les pierres qui peuvent parler et tout un tas de choses intéressantes», explique-t-il. «Mais cette pratique qui consiste à accuser une femme d'être responsable d'un décès, puis de la torturer de façon sadique, de lui infliger des violences sexuelles pendant des heures jusqu'à ce qu'elle meure, ça c'est nouveau.»

«Ça a commencé il y a environ cinq ans. Il y a eu une grave augmentation l'année dernière. On avait l'impression qu'il y avait une attaque toutes les semaines ou tous les quinze jours.»

D'après le missionnaire, chaque accès de violence semble commencer avec un décès que les habitants peinent à expliquer.

Les attaques cardiaques, le diabète, le sida sont plus fréquents mais ne sont toujours pas bien compris. Les gens imputent plus facilement un décès à la sorcellerie qu'au cholestérol.

Une chasse aux sorcières a même eu lieu récemment après un accident provoqué par un conducteur en état d'ivresse, dans lequel huit personnes avaient péri. Les gens voulaient savoir pourquoi certains passagers avaient survécu et d'autres pas.

La peur des sorcières est d'autant plus prégnante que les gens croient qu'elles n'agissent pas seules et qu'elles font partie d'assemblées.

L'émergence de «glasmans» — des «devins» qui parcourent la campagne pour déceler la présence de sorcières, moyennant rétribution — est également un facteur d'explication de la recrudescence des meurtres. Les assassinats ordonnés par certaines tribus en guise de représailles aussi.

La vie de Rachel a basculé soudainement en avril 2017, quand elle s'est rendue en famille aux obsèques d'un membre d'une tribu voisine. Elle s'apprêtait à partir et cherchait ses enfants quand elle fut capturée par le fils du défunt.

Prier en silence

Comme la vieille dame de la vidéo, Rachel, 55 ans, mère de deux enfants, fut accusée de «sanguma», sorcellerie ou magie noire.

Sa vie a basculé soudainement en avril 2017, quand elle s'est rendue en famille aux obsèques d'un membre d'une tribu voisine. Elle s'apprêtait à partir et cherchait ses enfants quand elle fut capturée par le fils du défunt.

Elle l'ignorait alors, mais une autre femme avait été accusée d'être mêlée à la mort de celui-ci et, sous la torture, avait désigné Rachel comme appartenant à une assemblée de sorcières.

Rachel a plaidé son innocence. Mais elle fut déshabillée, et comme la vieille dame assassinée, violée, brûlée par des machettes, des barres de fer et des pelles chauffés à blanc pendant une journée entière par des gens qu'elle connaissait.

Ils voulaient lui faire «rendre le coeur» de sa «victime», dit-elle à l'AFP alors que des villageois, certains curieux, d'autres l'air soupçonneux, se rassemblent près de sa hutte.

«La douleur était insoutenable», se rappelle-t-elle. Elle était bâillonnée et pria en silence : "Tu m'as donné comme travail de m'occuper de mes enfants mais si je meurs, qui s'occupera d'eux?"»

Elle n'eut la vie sauve que grâce à une dispute entre les membres de la foule enragée, estimée à un millier de personnes.

Curieux ou soupçonneux, des villageois de la vallée de Tsak se rassemblent près de la hutte de Rachel alors qu'elle raconte son histoire à l'AFP.

Différences fondamentales

Les chasses aux sorcières ont des caractéristiques totalement distinctes selon les régions de ce pays qui compte plus de 800 langues vivantes pour huit millions d'habitants.

À Enga, les victimes sont quasiment toutes des femmes. Sur l'île de Bougainvilliers, il s'agit presque toujours d'hommes. À Port-Moresby, la capitale, où la violence liée à la sorcellerie est aussi en augmentation, hommes comme femmes sont ciblés.

Miranda Forsyth, chercheuse à l'Université nationale australienne, qui a étudié des centaines de ces cas, constate l'émergence de tendances sinistres.

Elle décrit «un scénario» typique des lynchages de «sorcières» à Enga. «Il s'agit de gens qui sont confrontés à la plus grande confusion et incertitude sur tout un tas de choses dans leur vie», dit-elle.

Les autorités savent que le remède sera difficile à trouver et en attendant, la peur règne et fait que «tout le pays est dans un état de confusion paranoïaque», selon Mme Forsyth.

Près de deux ans après son calvaire, Rachel peut remarcher. Elle est retournée dans son village mais même parmi les siens, elle a peur.

«La situation est toujours tendue», murmure-t-elle. Après son agression, ses brûlures n'avaient pu être que partiellement soignées car des agresseurs avaient fait irruption dans la clinique, la contraignant à fuir.

«J'ai besoin d'être opérée mais j'ai peur d'être tuée par mes agresseurs si j'y vais. Alors, je vis avec la douleur», se lamente-t-elle.

«J'espère que les choses vont se calmer pour que je puisse aller à l'hôpital mais pour l'instant, ce n'est pas possible.»