Deutsche Bank a prêté plus de 300 millions de dollars à des entités affiliées à l’empire immobilier Trump —dirigé aujourd’hui par les deux fils aînés du président américain—, selon des documents publics.

La banque de Trump sommée de fournir des documents dans l’enquête russe

NEW YORK — Le procureur spécial chargé de l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection américaine de 2016 a réclamé des documents financiers à Deutsche Bank, la banque de Donald Trump, a appris l’AFP auprès de deux sources proches du dossier, mais la Maison-Blanche a démenti que le président ait été l’objet d’une telle démarche.

Deutsche Bank a été sommée de fournir des documents sur ses relations d’affaires avec l’empire familial de Donald Trump par le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’enquête sur les soupçons de collusion entre la campagne du milliardaire américain et la Russie, a assuré à l’AFP une source proche du dossier.

Mais la Maison-Blanche a vivement répliqué. «Les informations selon lesquelles le procureur spécial a réclamé des informations financières liées au président sont complètement fausses», a répliqué Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain. «Aucune demande n’a été formulée, nous avons vérifié cela avec la banque», a-t-elle ajouté.

La requête, annoncée en premier par Bloomberg News, le quotidien allemand Handelsblatt et le Wall Street Journal, a été formulée il y a plusieurs semaines et portait sur les liens entre l’établissement bancaire allemand et M. Trump, a précisé la source s’exprimant sous couvert d’anonymat.

300 millions de dollars 

«Deutsche Bank prend très au sérieux ses obligations légales et demeure disposée à coopérer avec les enquêtes autorisées sur cette affaire», a déclaré une porte-parole de l’établissement dans un courriel adressé à l’AFP.

Elle s’est refusée à donner davantage de détails.

Deutsche Bank a prêté plus de 300 millions de dollars à des entités affiliées à l’empire immobilier Trump —dirigé aujourd’hui par les deux fils aînés du président américain—, selon des documents publics. Elle était une des rares grandes banques de Wall Street à faire affaire avec M. Trump avant son élection à la Maison-Blanche en novembre 2016.

Interrogée par l’AFP sur la nature des documents exigés par Robert Mueller, la source n’a pas en voulu dire davantage, indiquant simplement que le procureur américain voulait des informations liées aux relations d’affaires entre Deutsche Bank et Donald Trump.

Une seconde source proche du dossier a évoqué auprès de l’AFP la possibilité que la demande de documents concerne Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump. «Il y a eu une demande de documents auprès de Deutsche Bank concernant Manafort», a-t-elle dit.

Paul Manafort a été inculpé le 30 octobre dans le cadre de cette enquête du procureur Mueller sur l’ingérence russe.

Ce n’est pas la première fois que des autorités américaines sollicitent l’établissement allemand sur ses liens avec le magnat de l’immobilier.

Les élus démocrates au Congrès demandent depuis des mois à la banque de leur remettre des documents sur ses liens financiers avec la famille Trump, pour voir notamment s’il y a une connexion avec la Russie, mais l’établissement a jusque-là refusé affirmant qu’il serait illégal de partager ainsi ces informations.

Les soupçons de collusion avec la Russie ont empoisonné le début de mandat de Donald Trump. Jusqu’ici, quatre personnes ont été mises en cause, dont le 1er décembre Michael Flynn qui fut l’éphémère conseiller à la sécurité nationale du président républicain.