John McCain a causé la surprise, tôt samedi, en tournant le dos à Donald Trump et à son propre parti en se joignant aux deux autres sénateurs républicains opposés à l'abrogation de l'Obamacare.

John McCain dit «non» à l'abrogation de l'Obamacare

Le sénateur américain John McCain semblait en position de sauver la réforme républicaine de l'assurance maladie à son retour au Capitole, après son diagnostic de cancer du cerveau.
Il en a finalement signé l'arrêt de mort.
L'élu de l'Arizona a causé la surprise, tôt samedi, en tournant le dos à Donald Trump et à son propre parti en se joignant aux deux autres sénateurs républicains opposés à l'abrogation de la loi sur la protection des patients et les soins abordables, promulguée par l'ex-président Barack Obama.
Sa défection a torpillé le projet de loi et peut-être même porté un coup fatal à la promesse du Parti républicain d'abolir l'Obamacare - promesse qui a permis à la formation d'obtenir le contrôle du Sénat, de la Chambre des représentants et de la Maison-Blanche.
À l'âge de 80 ans et au crépuscule d'une carrière remarquable, John McCain a fait honneur à sa réputation de franc-tireur.
Vers 1h30, au petit matin, il a dit «non» au projet de loi de ses pairs, brièvement acclamé par les démocrates.
Il ainsi sauvé un des principaux legs de l'homme l'ayant vaincu dans le cadre de l'élection présidentielle de 2008.
Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, est resté impassible, les bras croisés. Avec 52 des 100 sièges à la chambre haute du Congrès, il ne pouvait perdre le vote que de deux républicains.
Mardi, à son retour à Washington après la tombée de son diagnostic, M. McCain avait permis l'ouverture des débats sur la proposition d'abroger de l'Obamacare. Avec une nouvelle cicatrice bien visible au-dessus de son oeil gauche, il avait toutefois prévenu sa formation de ne pas tenir son vote pour acquis.
Vendredi après-midi, le bureau du sénateur McCain a annoncé que celui-ci retournerait en Arizona pour subir des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie contre sa tumeur.