Le nouveau chef de cabinet du président américain Donald Trump, John Kelly, est un général à la retraite reconnu pour sa poigne de fer.

John Kelly veut discipliner la Maison-Blanche

Le nouveau chef de cabinet du président américain Donald Trump, le général à la retraite John Kelly, n'a pas mis de temps à reprendre le contrôle d'une Maison-Blanche paralysée par les fuites et les guerres intestines.
Quelques heures seulement après son assermentation lundi, M. Kelly - qui est connu pour sa poigne de fer et son franc-parler - a remercié cavalièrement le nouveau directeur des communications de la Maison-Blanche, Anthony Scaramucci, qui était en poste depuis seulement une dizaine de jours.
Il a ensuite statué que tous les membres de la garde rapprochée du président - y compris son gendre Jared Kushner et le stratège Steve Bannon - relèveront dorénavant directement de lui et non plus de M. Trump.
Le sénateur républicain du Tennessee Bob Corker, qui aurait discuté avec le président de la nomination de M. Kelly lundi, a dit espérer que le général à la retraite sera en mesure «de nettoyer la place» et de restaurer «la concentration et la discipline appropriée» dont la Maison-Blanche a besoin.
Pour sa part, le politologue David B. Cohen de l'Université d'Akron, qui a écrit un livre consacré aux chefs de cabinet de la Maison-Blanche, a estimé que certaines décisions de M. Kelly «auraient dû être prises dès le Jour Un, sous (son prédécesseur) Reince Priebus».
Il a ajouté que la nomination de M. Kelly envoie un message clair, «que l'improvisation et le manque de discipline» ne seront plus tolérés.
M. Cohen s'est toutefois demandé combien de temps s'écoulera avant que M. Trump ne commence à miner M. Kelly.
«Rien de tout ça ne va fonctionner si le président n'est pas d'accord à 100 pour cent, a-t-il dit. Le président Trump est son propre pire ennemi. Il aime instinctivement être son propre chef de cabinet, mais il est très mauvais. Est-ce qu'il sera capable de résister à la tentation d'interférer avec le système une fois que John Kelly aura tout nettoyé? Est-ce qu'il écoutera son chef de cabinet quand Kelly devra lui dire 'non'? Je ne suis pas certain que le président Trump est capable d'absorber de telles critiques.»