Ivanka Trump et Jared Kushner sont tous deux de proches conseillers officiels du président.

Ivanka Trump et son conjoint tirent toujours profit de leurs actifs

La fille de Donald Trump, Ivanka, et son mari Jared Kushner, ont conservé des intérêts considérables dans les affaires malgré leur entrée au gouvernement, selon des documents diffusés par la Maison Blanche, qui posent de nouveau la question des conflits d'intérêt.
Les documents rendus publics vendredi, et actualisés jusqu'à cette date, montrent qu'Ivanka et son époux, tous deux proches conseillers officiels du président, perçoivent toujours des revenus de leurs actifs évalués entre 240 et 740 millions $.
Si Jared Kushner a volontairement quitté des postes de haut niveau dans plus de 200 entités liées à l'empire immobilier de sa famille, selon les documents de la présidence, il conserve des parts dans la plupart de ces sociétés, susceptibles de lui procurer des revenus.
Entre janvier 2016 et mars 2017, ces participations lui ont rapporté, en y ajoutant le produit d'autres investissements financiers, plus de 55 millions $, selon un calcul effectué par l'AFP sur la base des documents publiés vendredi.
L'actionnariat de la plupart de ces sociétés n'est pas connu, ce qui empêche de déterminer avec précision les relations d'affaires du jeune héritier de 36 ans.
Jared Kushner est l'un des principaux conseillers de Donald Trump et a récemment été désigné par son beau-père pour diriger un bureau de la Maison Blanche chargé de réformer l'administration américaine en s'inspirant de certaines méthodes du monde de l'entreprise.
Quant à son épouse, Ivanka Trump, elle a placé ses actifs dans un trust mais a conservé ses parts dans le Trump International Hotel, situé à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche, pour une valeur estimée entre 5 et 25 millions %.
Entre janvier 2016 et mars 2017, ces parts lui ont rapporté entre 1 et 5 millions $, selon les documents.
Gouvernement milliardaire
Ivanka Trump a annoncé mercredi sa nomination officielle comme employée fédérale non rémunérée, ce qui la soumet à diverses obligations, notamment la nécessité de dévoiler ses actifs et ses revenus.
«Ils vont devoir se mettre en retrait des sujets en lien avec l'immobilier et leurs créanciers», a tweeté l'ancien avocat référent de la Maison Blanche en matière d'éthique sous l'administration de George W. Bush, Richard Painter, au sujet de Jared Kushner et Ivanka Trump.
Les documents publiés vendredi indiquent ainsi que parmi les créanciers de Jared Kushner figurent notamment Deutsche Bank, Bank of America et Citigroup.
«Le président des États-Unis devrait en faire autant, mais il s'y refuse», a-t-il ajouté.
Avant son investiture, Donald Trump a dévoilé un plan qui consistait à abandonner les fonctions qu'il occupait dans des centaines de sociétés et à placer ses actifs dans un trust, géré par deux de ses fils et son conseiller de longue date, Allen Weisselberg.
Mais il a refusé de céder ses actifs, ce qui a suscité de nombreuses critiques quant à de possibles conflits d'intérêt.
Les documents confirment également que l'équipe mis en place par Trump est, de très loin, la plus fortunée dans l'histoire des Etats-Unis.
Ancien président de la puissante banque Goldman Sachs, Gary Cohn, qui dirige désormais le conseil économique national (NEC), a ainsi fait état d'avoirs estimés entre 253 et 611 millions $, et de revenus allant jusqu'à 77 millions $ en 2016.
Quant au conseiller stratégique du président, Steve Bannon, ses actifs sont évalués jusqu'à plus de 40 millions $, et il a perçu, en 2016, plus d'un million de dollars de revenus, notamment 493 000 $ de son cabinet de conseil Bannon Strategic Advisors.
L'agence Bloomberg estime que les fortunes cumulées des ministres de Donald Trump et des hauts responsables de la Maison Blanche atteignent quelque 12 milliards $.