Le niveau de la Seine à Paris est redescendu à 5,62 m dans l'après-midi, dimanche, alors que la montée des eaux jusqu'à 6,10 m dans la nuit de vendredi à samedi avait suscité l'inquiétude.

Inondations à Paris: la facture devrait dépasser le milliard d'euros

La décrue de la Seine, qui avait atteint un niveau jamais vu en plus de 30 ans, s'est confirmée dimanche à Paris, mais la vigilance restait de mise dans plusieurs régions françaises devant les intempéries qui ont fait quatre morts en une semaine.
Avec des centaines de communes touchées et des milliers d'entreprises, d'agriculteurs et de particuliers affectés par une semaine de pluies torrentielles et d'inondations, les premières évaluations laissent entrevoir une facture des dégâts supérieure au milliard d'euros.
Le niveau de la Seine dans la capitale est redescendu à 5,62 m dans l'après-midi, alors que la montée des eaux jusqu'à 6,10 m dans la nuit de vendredi à samedi avait suscité l'inquiétude.
Il s'agit de la plus forte crue depuis 1982 dans la capitale (6,18 m cette année-là), très loin cependant de celle de 1910 (8,62 m).
Les pompiers de Paris ont entamé dimanche une opération de pompage pour libérer l'accès à l'est du pays par autoroute.
La montée des eaux a amené plusieurs musées parisiens, dont ceux du Louvre et d'Orsay, à mettre à l'abri une partie de leurs collections, et les pouvoirs publics à prendre des mesures de précaution pour le métro.
Quatre décès
Depuis le début des intempéries la fin de semaine dernière, quatre décès et 24 blessés sont à déplorer. L'origine de la mort d'une des quatre victimes déjà recensées, une octogénaire, reste toutefois incertaine.
Au total, 14 départements étaient encore en «vigilance orange inondations» dimanche après-midi, dans le Centre, en Normandie et dans la région parisienne.
À la mi-journée, plus de 11 000 foyers étaient toujours privés d'électricité.
Normandie sous haute surveillance
La Normandie, où la vigilance rouge a été levée dans la matinée, est restée sous haute surveillance dimanche, les autorités redoutant les effets conjugués d'une Seine en crue et de la grande marée atlantique dans l'estuaire du fleuve.
Deux heures avant la haute mer, la Seine a envahi une grande partie des quais de Rouen en milieu d'après-midi, mais la menace semblait s'éloigner de la Normandie.
Lundi le premier ministre Manuel Valls fera un point de la situation avec les principaux ministres et responsables administratifs concernés.
Le président François Hollande a qualifié la crue de «vraie catastrophe», lors d'un déplacement samedi dans la ville inondée de Romorantin (centre).