Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le mur à la frontière mexicaine, projet que l’ex-président républicain portait comme un étendard depuis 2015, est suspendu.
Le mur à la frontière mexicaine, projet que l’ex-président républicain portait comme un étendard depuis 2015, est suspendu.

Immigration: Biden à contre-pied de Trump, lance la bataille de la régularisation

Laura Bonilla
Agence France-Presse
Catherine Triomphe
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
NEW YORK — Le gouvernement Biden a pris dès son premier jour le contrepied de mesures migratoires ultra-controversées de l’ère Trump, et lancé la bataille pour un projet de loi qui ouvrirait la voie à la légalisation de millions de sans-papiers.

Les premiers décrets sont tombés mercredi soir: le nouveau président démocrate a annulé le décret qui interdisait aux ressortissants de pays en majorité musulmans (Iran, Libye, Somalie, Syrie et Yemen) d’entrer aux États-Unis.

Promulgué par Donald Trump en janvier 2017 puis remanié, il avait causé la pagaille dans les aéroports américains, des recours judiciaires à n’en plus finir, et considérablement écorné l’image des États-Unis -- réputés terre d’immigration par excellence -- dans les pays concernés.

Le mur à la frontière mexicaine, projet que l’ex-président républicain portait comme un étendard depuis 2015, est suspendu.

Les quelque 700 000 Dreamers, ces immigrés arrivés enfants aux États-Unis, qui souvent connaissent à peine leur pays d’origine et dont Trump avait remis en cause le statut légal temporaire que leur avait accordé Barack Obama, retrouvent quant à eux une protection juridique.

Joe Biden a aussi annulé les consignes d’expulsion les plus agressives, qui avaient fait de la police migratoire (ICE) une agence particulièrement redoutée. Et un moratoire de 100 jours sur la plupart des expulsions a été annoncé.

De nombreuses associations de migrants ont immédiatement applaudi ces mesures.

«Le nuage noir qui planait au-dessus de nos têtes depuis quatre ans a disparu», s’est félicitée Camille Mackler, d’une association d’avocats pro-migrants, créée dans la foulée du «Muslim ban».

«Après quatre années de guerre contre les migrants, c’est comme l’aube d’un jour nouveau», a aussi salué Krish O’Mara Vignarajah, présidente d’une association luthérienne de défense des migrants. «Ce que (Biden) a annoncé est vraiment substantiel, pour le premier jour d’un président.»

«Ces quatre dernières années ont été les pires de ma vie», a déclaré Aura Hernandez, une immigrée sans-papiers originaire du Guatemala, mère de cinq enfants, qui s’est cachée plusieurs mois en 2018 dans une église de Manhattan pour éviter d’être expulsée. «Maintenant, j’ai des espoirs d’obtenir justice.»

Bataille «herculéenne» 

Comme d’autres, elle est cependant restée prudente, car aussi symboliques soient-ils, ces décrets ne remplacent pas une vaste loi sur l’immigration qui, seule, clarifierait définitivement la situation de millions de clandestins.

Le texte est déjà sur la table: il promet de légaliser plus définitivement les Dreamers, ainsi qu’une grande partie des quelque 11 millions de sans-papiers actuellement aux États-Unis.

Mais son adoption, selon le puissant sénateur démocrate hispanique Bob Menendez, qui le porte, s’annonce comme une bataille «herculéenne» pour les démocrates, détenteurs d’une courte majorité dans les deux chambres du Congrès.

Le texte permettrait aux sans-papiers qui paient leurs impôts et n’ont pas d’antécédents criminels de pouvoir travailler légalement pendant une première période de six ans, après quoi il pourrait espérer obtenir la fameuse «carte verte», le permis de séjour américain.

Mais le sénateur a souligné que le projet avait besoin de 60 voix pour passer la barrière du Sénat et les démocrates n’en disposent que de 50.

Or pour les républicains, toute légalisation massive ressemble à une «amnestie» -- un chiffon rouge potentiel pour beaucoup, notamment ceux dont le poste sera remis en jeu lors des prochaines élections, en 2022.

M. Menendez a appelé à l’aide les milieux d’affaires, globalement pro-immigration, afin qu’ils pèsent de tout leur poids sur les républicains, notamment dans les milieux agricoles -- très dépendants des travailleurs immigrés -- et ceux de la tech, empêchés de recruter certains jeunes cadres par le resserrement de la politique migratoire des années Trump.

Le patron d’Apple, Tim Cook, responsable de l’immigration pour l’association Business Roundtable, s’est dit dès mercredi prêt à travailler avec le gouvernement Biden et le Congrès «à des solutions globales pour réparer notre système d’immigration défaillant».

Le texte a-t-il une chance de passer en l’état?

Le sénateur Menendez, qui a vu d’autres vastes textes migratoires mourir au Congrès, a prévenu jeudi qu’il fallait être prêt à «la négociation», et donc à des compromis.

La légalisation des millions de sans-papiers «est un problème majeur qui traîne depuis des décennies», dit Sahar Aziz, professeure de droit à l’université Rutgers. «A chaque fois qu’un président démocrate essaie d’ouvrir un chemin vers la naturalisation, les républicains s’y opposent.»

Pour elle, les démocrates risquent, faute de majorité suffisante, de devoir finalement accepter des mesures migratoires ponctuelles bien moins ambitieuses, comme l’avait fait le gouvernement Obama.