Hunter Biden en entrevue à ABC News

Hunter Biden dit n'avoir rien à se reprocher

WASHINGTON - Le fils de Joe Biden, Hunter, rejette les allégations du président Donald Trump et de ses alliés républicains qui l’accusent d’avoir commis une faute en s’engageant dans des travaux étrangers en Ukraine et en Chine.

Hunter Biden a également reconnu ne pas avoir pris en compte les implications potentielles pour la carrière politique de son père. L’ancien vice-président est à l’avant-garde du concours présidentiel démocrate de 2020.

Dans une entrevue diffusée mardi sur ABC News, Hunter Biden admet qu’il a peut-être commis une erreur «dans le grand schéma des choses» en ne voyant pas les répercussions politiques pour son père. Mais, ajoute-t-il, «Ai-je commis une erreur sur la base de manquements éthiques? Absolument pas».

Hunter Biden a aussi admis qu’il n’aurait probablement pas été nommé au conseil d’administration d’une société étrangère si son nom de famille n’était pas Biden.

«Je pense que plusieurs choses ne se seraient pas produites dans ma vie si mon nom de famille n’était pas Biden», a-t-il déclaré.

M. Trump et les républicains ont attaqué Hunter Biden pour son travail en Ukraine et en Chine, lançant notamment des accusations sans fondement de corruption.

Lors d’un appel téléphonique du 25 juillet, M. Trump a fait pression sur le président ukrainien pour qu’il enquête sur les Bidens. Hunter Biden était membre du conseil d’administration d’une entreprise énergétique en Ukraine. Cet appel est au coeur de l’enquête formelle de destitution de la Chambre contre M. Trump.

Hunter Biden a assuré qu’il n’avait jamais discuté de ses relations commerciales avec son père.

L’entrevue a été diffusée quelques heures avant que l’ancien vice-président et d’autres candidats démocrates à la présidence ne participent à leur quatrième débat mardi soir en Ohio.

Hunter Biden, qui a récemment annoncé qu’il se retirerait du conseil d’administration d’une société de capital-investissement soutenue par la Chine, a accusé les opposants politiques de son père d’être à l’origine de la tempête.

«J’ai donné la chance à certaines personnes très peu éthiques d’agir illégalement pour tenter de faire du mal à mon père. C’est là que j’ai commis une erreur, a-t-il déclaré. Donc, j’en assume l’entière responsabilité. Ai-je fait quelque chose d’inapproprié? Non, pas du tout. Pas du tout.»

Il a ajouté: «Ce que je regrette, c’est de ne pas avoir pris en compte le fait qu’il y aurait un Rudy Giuliani» - l’avocat personnel de M. Trump - «et un président des États-Unis qui écouterait cette idée de complot ridicule».

M. Trump a nié avoir commis quelque faute que ce soit lors de son appel téléphonique avec le président ukrainien, le qualifiant de «parfait» et «beau».