Les secours ont inséré un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l’oxygène dans la poche où le groupe s’est réfugié.

Grotte en Thaïlande: l'évacuation débute

MAE SAI, Thaïlande — La mission de sauvetage pour évacuer les 12 garçons et leur entraîneur de soccer qui sont coincés depuis deux semaines dans une grotte en Thaïlande a débuté dimanche.

«C’est le jour J», a déclaré le Gouverneur par intérim de la province de Chiang Rai, Narongsak Osatanakorn.

Narongsak Osatanakorn a indiqué que 13 plongeurs étrangers et cinq plongeurs thaïlandais participaient à l’opération de secours et que deux plongeurs accompagneront chaque garçon au fur et à mesure de leur évacuation. L’opération a commencé à 10h (heure de Bangkok) et selon les autorités, il faut calculer au moins 11 heures avant que la première personne soit sauvée.

La mission est risquée, le seul parcours disponible comprend de nombreux boyaux ténébreux et étroits. Il compte de difficiles passages sous l’eau. Les courants sont forts, il y a peu d’oxygène et les enfants n’ont aucune expérience de la plongée.

L’opération a fait un premier mort vendredi, lorsqu’un ancien militaire thaïlandais a manqué d’air et perdu connaissance sous l’eau. Il participait aux efforts de manière bénévole.

Avant l’annonce du début de la mission, les autorités thaïlandaises avaient demandé aux médias de quitter la zone autour de l’entrée de la grotte, alimentant la spéculation qu’une mission de sauvetage était imminente.

Des dizaines de plongeurs sont arrivés à la grotte dimanche matin.

Inquiètes de l’arrivée de la mousson, les autorités thaïlandaises avaient indiqué samedi qu’elles devraient peut-être lancer plus rapidement que prévu une opération de secours.

Les captifs, âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur âgé de 25 ans avaient été portés disparus après être partis à la découverte de grotte de Tham Luang Nang, le 23 juin. Pris au piège par les eaux de la mousson, ils ont été retrouvés tard lundi soir lors d’une opération à grand déploiement qui a attiré des experts du monde entier.

Le gouverneur local qui supervise les opérations de secours a déclaré samedi que la température douce et la diminution du niveau d’eau au cours des derniers jours ont créé les conditions appropriées pour une évacuation sous-marine, mais celles-ci pourraient se détériorer s’il pleuvait de nouveau.

Les autorités thaïlandaises avaient souligné, samedi, la nécessité d’agir très vite, au cours des deux prochains jours. Si les prévisions météorologiques sont justes, l’accès à la grotte sera complètement bloqué en raison de la mousson saisonnière. Jusqu’à présent, les efforts pour pomper l’eau hors de la grotte ont toujours été contrecarrés par de fortes averses.

«Nous sommes en guerre contre l’eau depuis le premier jour jusqu’à aujourd’hui, a-t-il déclaré samedi. Avoir trouvé les garçons ne signifie pas que notre mission est terminée. Nous n’avons remporté qu’une petite bataille, mais la guerre n’est pas terminée. La guerre sera finie lorsque nous aurons gagné les trois batailles: la bataille de la recherche, la bataille des secours et la bataille du retour à la maison.»  Avec Kaweewit Kaewjinda

La lettre de trois petits garçons à leurs parents

Les enfants écrivent à leurs parents

AFP, Thanaporn PROMYAMYAI

MAE SAI — Des lettres des douze enfants bloqués depuis 14 jours dans la grotte inondée ont été transmises samedi via les plongeurs.

«Ne vous inquiétez pas, Papa et Maman. Cela fait deux semaines que je suis parti, mais je vais revenir vous aider à la boutique», écrit Ekkarat, signant de son surnom, Bew. Ses parents tiennent une petite épicerie.

«Je vais bien, mais il fait un peu froid ici. ne vous inquiétez pas pour moi. N’oubliez pas de me préparer une fête d’anniversaire», dit un autre enfant, Duangphet, signant de son surnom, Dom.

«Si je sors, s’il vous plaît, emmenez-moi manger du moo krata», un plat thaïlandais à base de porc grillé et de légumes, dit un troisième, Piphat, signant de son surnom, Nick.

Les lettres écrites par les enfants à leurs familles, qui attendent avec angoisse à la sortie de la grotte, sont les premières preuves de vie publiques transmises depuis mardi.

Le jeune entraîneur de football qui a emmené le groupe d’enfants dans cette expédition qui a mal tourné, a écrit une lettre d’excuses aux parents: «Merci pour tout le soutien moral. Je demande pardon à tous les parents», dit Ekkapol Chantawong, 25 ans.

Les opinions en Thaïlande sont partagées entre ceux qui lui reprochent d’avoir emmené les enfants sous sa responsabilité dans une grotte connue pour être inondable à la mousson, et d’autres qui lui sont gré d’avoir donné aux enfants sa ration de nourriture avant qu’ils ne soient localisés.

Après la publication de deux vidéos, la première filmée lors de la découverte du groupe par des plongeurs britanniques lundi soir, la deuxième mardi, aucune vidéo n’a été publiée depuis du groupe retrouvé perché sur un rebord, à plusieurs kilomètres dans les tréfonds de la grotte.

Les secours ont inséré un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l’oxygène dans la poche où le groupe s’est réfugié. Le niveau d’oxygène s’est stabilisé dans la grotte, mais le niveau de «dioxyde de carbone est un autre facteur» à prendre en compte, a-t-il précisé. «Lorsque vous êtes dans un espace confiné, si l’oxygène descend à 12 %, le corps commence à ralentir et les gens peuvent perdre connaissance», a dit Narongsak Osottanakorn.

À l’intérieur, les enfants sont «en bonne santé», a assuré M. Osottanakorn.

L’opération de sauvetage fait toujours la Une de l’actualité, avec désormais plus de 1100 journalistes enregistrés sur place, leurs caméras alignées dans la boue de cette forêt tropicale. Mais les autorités thaïlandaises ont demandé samedi aux médias de quitter la zone autour de l’entrée de la grotte, pour ne pas nuire aux secouristes.