Nesrine Kenza se dit heureuse de pouvoir porter librement le burkini sur la plage de Marseille le 29 août 2016.

France: les arrêtés anti-burkini sont «stupides», selon l'ONU

Les arrêtés anti-burkini adoptés par plusieurs municipalités françaises représentent une «atteinte grave et illégale aux libertés fondamentales» et constituent une «réaction stupide» aux récentes attaques terroristes, selon l'agence onusienne des droits de la personne.
Le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, Rupert Colville, a dit que l'agence demande aux responsables de mettre fin «immédiatement» à ces interdictions, en estimant qu'elles ne font rien pour rehausser la sécurité.
Un tribunal français a renversé l'arrêté imposé par une municipalité française, ce qui rend essentiellement invalides ceux adoptés partout au pays, mais plusieurs demeurent néanmoins en vigueur.
M. Colville a déclaré que de telles mesures «n'améliorent pas la situation sécuritaire; ils tendent au contraire à alimenter l'intolérance religieuse et la stigmatisation des personnes de confession musulmane en France, en particulier les femmes».
Il a ajouté que les femmes qui portent des burkinis ou tout autre vêtement «ne peuvent être tenues responsables des réactions violentes ou hostiles des autres».