Les syndicats contestataires n’ont pas été apaisés par les voeux de Nouvel An adressés aux Français mardi par le président Emmanuel Macron.
Les syndicats contestataires n’ont pas été apaisés par les voeux de Nouvel An adressés aux Français mardi par le président Emmanuel Macron.

France : la plus longue grève dans les transports en 30 ans

PARIS — La mobilisation contre la réforme des retraites en France est devenue jeudi la plus longue grève en continu dans les transports depuis plus de 30 ans, sans perspective de résolution de ce conflit social.

L’opposition au projet gouvernemental de «système universel» de retraite par points se traduit depuis le 5 décembre par une grève qui perturbe principalement la circulation des trains en France et les transports publics en région parisienne.

Avec 29 jours de mobilisation jeudi, la grève à la SNCF, la compagnie ferroviaire nationale, dépasse celle de 1986-87 (28 jours).

Un train à grande vitesse (TGV) sur deux en moyenne circulait dans le pays. Pour la fin des congés de fin d’année, la SNCF prévoit de faire circuler deux TGV sur 3 ce weekend, à partir de vendredi.

Le système de retraite est un sujet éminemment sensible en France, la population restant attachée à un système par répartition jusqu’à présent réputé comme l’un des plus protecteurs au monde.

Le projet du gouvernement vise à fusionner la plupart des 42 régimes existants, dont des régimes spéciaux qui permettent par exemple aux conducteurs de train de partir plus tôt. L’exécutif promet un dispositif «plus juste», mais les opposants à la réforme redoutent une «précarisation» des retraités, avec un départ plus tardif et des pensions plus basses.

Les syndicats contestataires n’ont pas été apaisés par les voeux de Nouvel An adressés aux Français mardi par le président Emmanuel Macron. Celui-ci a affirmé que la réforme serait «menée à son terme» et appelé le gouvernement à «trouver un compromis rapide» avec les organisations syndicales.

Jeudi, une centaine de personnes ont manifesté à Paris devant le siège du parti présidentiel, La République en marche, qui a dénoncé une «tentative d’intrusion dans ses locaux». La police est intervenue pour disperser les manifestants avec des tirs de gaz lacrymogène.

Les syndicats espèrent un rebond de la mobilisation dès lundi. Le secrétaire général de la CGT, en tête de la contestation, Philippe Martinez, a appelé le 1er janvier «tous les Français à se mobiliser, à aller aux manifestations et à se mettre en grève».

Les avocats, qui redoutent un doublement de leurs cotisations de retraite et s’opposent à la réforme, ont annoncé des actions de blocage à partir de lundi. Le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats français, a appelé à «cesser toute activité judiciaire».

La concertation entre le premier ministre Édouard Philippe et les syndicats doit reprendre mardi. Une journée de mobilisation nationale contre le projet est annoncée pour le 9 janvier. La fédération des dockers du puissant syndicat CGT a notamment appelé à une opération «ports morts».

Dans le secteur pétrolier, la CGT Chimie a appelé à un durcissement du mouvement à partir de mardi, avec des blocages de raffineries, terminaux pétroliers et dépôts pendant quatre jours.