Le général Jay Silveria a livré un vibrant plaidoyer en faveur du respect des autres, vendredi, à l'Académie de l'armée de l'Air de Colorado Springs.

«Foutez le camp!»

«Foutez le camp!» : le directeur d'une académie militaire américaine n'a pas mâché ses mots quand il a découvert des insultes racistes dans son établissement, et la vidéo de son discours devant les étudiants faisait vendredi le tour du monde.
«Si vous n'êtes pas capable de traiter quelqu'un d'une autre race ou d'une autre couleur de peau avec dignité et respect, alors il faut partir», a déclaré aux élèves-officiers le général Jay Silveria, directeur de l'Académie de l'armée de l'Air à Colorado Springs, au Colorado.
«Si vous n'êtes pas capables de traiter quelqu'un avec dignité et respect, foutez le camp!» a-t-il ajouté dans ce discours filmé par l'académie et mis en ligne sur son site.
Cinq étudiants noirs en année préparatoire à cette école, qui forme les futurs officiers de l'armée de l'Air américaine, ont trouvé lundi des injures racistes sur leur porte. L'un d'eux a posté sur Facebook une photo d'une ardoise blanche sur laquelle était inscrite : «Rentre chez toi, le nègre». Des parents ont alors alerté le corps enseignant.
Jeudi, le directeur de l'académie a réuni tous les enseignants et tous les étudiants à l'heure du déjeuner, pour leur rappeler que «ce genre de comportement n'a sa place ni dans les classes préparatoires, ni à l'académie, ni dans l'armée de l'Air américaine».
Les étudiants écoutaient, au garde-à-vous, lorsque leur directeur leur a demandé de sortir leur téléphone intelligent de leur poche. «Je suis sérieux, prenez vos téléphones, je veux que vous fassiez une vidéo de tout ceci, que vous la gardiez, que vous l'utilisiez.»
La réaction du directeur de l'Académie de l'armée de l'Air était largement saluée vendredi sur les réseaux sociaux et montrée en boucle sur les chaînes de télévision américaines.
«Je suis d'accord, le racisme n'a pas sa place parmi nos militaires ou dans notre pays», a notamment écrit sur Twitter le sénateur républicain John McCain.
Interviewé vendredi par CNN, le général Silveria a expliqué avoir voulu convaincre les élèves-officiers de l'importance de la diversité au sein d'un groupe.
«En fin de compte, ces jeunes hommes et jeunes femmes vont devenir des lieutenants de la US Air Force. Ils iront au combat et ils prendront des décisions de vie ou de mort sur le champ de bataille. Nous avons besoin de ces idées diverses», a-t-il noté.
Selon un journal local, un suspect aurait été identifié après une analyse graphologique, mais l'académie militaire s'est refusée vendredi à tout commentaire. Une enquête est en cours et «nous ne pouvons donner aucun détail actuellement», a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'académie.
Contexte tendu
Cet incident intervient en pleine polémique sur la vague de protestations chez les joueurs de football américain qui s'agenouillent pendant l'hymne national, un moyen de symboliquement dénoncer le racisme aux États-Unis. Donald Trump a violemment critiqué leur attitude, leur reprochant un manque de patriotisme.
À la mi-août, les plus hauts gradés de l'armée américaine s'étaient désolidarisés des propos ambigus et des atermoiements du président américain, après les violences racistes qui ont secoué la petite ville de Charlottesville, où certains manifestants se réclamant de l'extrême droite arboraient des uniformes ou insignes de l'armée.
«La US Navy s'opposera toujours à la haine et à l'intolérance», avait déclaré dès le lendemain l'amiral John Richardson, chef de la marine américaine, suivi aussitôt par ses collègues des armées de terre et de l'air.
Le chef d'état-major, le général Joe Dunford, avait lui aussi affirmé qu'il «n'y a pas de place pour le racisme et l'intolérance dans l'armée américaine et aux États-Unis dans leur ensemble».
Le général Jay Silveria a demandé à ses élèves de sortir leur téléphone intelligent afin de filmer le discours dans le but que son message soit propagé partout par la suite.
La question raciale est aussi sensible au sein des forces armées que dans le reste de la population : les minorités y sont très largement représentées, mais plus on monte dans la hiérarchie, plus les Blancs sont majoritaires.
Selon des chiffres du Pentagone actualisés en juillet, les Noirs représentent 19 % des troupes à eux seuls (alors que leur part de la population américaine tourne autour de 13 %). Mais quand on monte dans la hiérarchie, les Noirs ne représentent plus que 9 % des officiers de l'armée américaine.
Toutes minorités confondues (Hispaniques, Asiatiques, multiraciaux), les militaires se déclarant non-blancs représentent 29 % des effectifs, mais seulement 17 % des officiers.