Deux Pékinoises passent devant un kiosque à journaux fermé, mercredi.
Deux Pékinoises passent devant un kiosque à journaux fermé, mercredi.

Fermetures et distanciation ont freiné le coronavirus en Chine, rapporte Nature

MONTRÉAL — De nouvelles analyses effectuées en Chine confirment que la fermeture des écoles, les interdictions de voyager et les mesures de distanciation sociale ont toutes permis d’endiguer la propagation du coronavirus, rapporte le journal scientifique Nature.

Une première analyse réalisée par des chercheurs italiens et chinois dans les villes de Shanghaï et de Wuhan a constaté que, dans la foulée des mesures de confinement, les habitants des deux villes ne rencontraient plus qu’environ deux personnes par jour, comparativement à entre 15 et 20 auparavant.

À Shanghaï, par exemple, la seule fermeture des écoles n’aurait pas été suffisante pour contrôler l’épidémie. Cela a toutefois permis de soulager un peu la pression sur le système de santé, au plus fort de la crise.

Une autre étude, celle-là menée par un chercheur britannique, démontre que la détection rapide et l’isolement des personnes infectées ont été les mesures les plus efficaces pour endiguer la pandémie en Chine.

Le nombre d’infections aurait toutefois explosé si on n’avait pas aussi limité les déplacements et restreint les interactions sociales. Si les mesures avaient été mises en place trois semaines plus tard, le nombre de personnes infectées en Chine aurait potentiellement été 18 fois plus élevé.