La température corporelle des voyageurs est mesurée à l'entrée de la République démocratique du Congo.

Épidémie d'Ebola au Congo: l'OMS déclare l'urgence mondiale [VIDÉO]

GENÈVE — L'épidémie d'Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo est désormais considérée comme une urgence sanitaire mondiale par l'Organisation mondiale de la santé.

L'OMS a adopté cette déclaration mercredi, après la confirmation cette semaine d'un premier cas du virus à Goma, une ville de deux millions d'habitants considérée comme un important carrefour régional.

Plus de 1600 personnes ont déjà succombé au virus dans l'est du Congo depuis près d'un an. Il s'agit de la deuxième épidémie d'Ebola la plus meurtrière de l'histoire, qui frappe une région très instable où pullulent de nombreux groupes rebelles.

La déclaration d'une urgence sanitaire mondiale permet d'attirer davantage l'attention et l'aide de la communauté internationale, mais certains craignent que cela pousse aussi certains pays à réagir de manière excessive en fermant leurs frontières.

Le risque de propagation régionale reste élevé, mais le risque en dehors de la région demeure faible, a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, après l'annonce à Genève. «L'urgence internationale ne doit pas être utilisée pour stigmatiser ou pénaliser ceux-là mêmes qui ont le plus besoin de notre aide», a-t-il souligné.


« L'urgence internationale ne doit pas être utilisée pour stigmatiser ou pénaliser ceux-là mêmes qui ont le plus besoin de notre aide »
Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom

C'est la cinquième déclaration de ce genre dans l'histoire de l'OMS. Les urgences antérieures concernaient l'épidémie dévastatrice d'Ebola de 2014 à 2016 en Afrique de l'Ouest, qui avait coûté la vie à plus de 11 000 personnes, l'émergence du virus Zika dans les Amériques, la pandémie de grippe porcine et l'éradication de la poliomyélite.

L'OMS définit une urgence sanitaire mondiale comme un «événement extraordinaire» qui constitue un risque pour les autres pays et nécessite une réponse internationale coordonnée.

L'organisation avait été sévèrement critiquée pour sa réponse lente à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, pour laquelle elle avait constamment refusé de déclarer une urgence mondiale jusqu'à ce que le virus se propage de façon incontrôlée dans trois pays et fasse près de 1000 morts. Des documents internes ont par la suite montré que l'OMS avait fait preuve de retenue en partie par crainte d'indisposer les pays touchés et de nuire à leurs économies.

L'épidémie actuelle se propage dans une région instable, au carrefour des frontières entre le Congo, le Rwanda et l'Ouganda, que certains considèrent comme une zone de guerre en raison de la présence de nombreux groupes armés.

Les efforts pour contenir le virus sont entravés par la grande méfiance de la population et les attaques meurtrières contre les agents de santé publique.