Une douzaine de personnes sont toujours portées disparues.

Éboulement de déchets meurtrier

Un glissement de terrain a tué au moins 46 personnes dans un site d'enfouissement en banlieue de la capitale éthiopienne, Addis Abeba.
Les causes du glissement de terrain, survenu tard samedi, à la décharge Koshe - «sale» en amharique -, restent à déterminer.
La plupart des victimes sont des femmes et des enfants, rapporte la porte-parole de la municipalité, Dagmawit Moges. Le bilan des morts devrait croître au cours de la journée de dimanche, alors que plusieurs dizaines de personnes manquent toujours à l'appel.
Au moment de l'éboulement, quelque 150 personnes se trouvaient sur les lieux, estime Assefa Teklemahimanot, qui y réside.
Quelque 500 Éthiopiens travailleraient à la décharge, y récupérant des déchets pour subsister. D'autres s'y sont établis en raison du loyer relativement modique de ses abris de fortune, faits de boues et de brindilles.
Le déversement des déchets issus de la capitale, interrompu pendant les dernières années, avait récemment repris, soutient Assefa Teklemahimanot.
Le maire de la capitale, Diriba Kuma, a annoncé le sauvetage de 37 personnes. Deux d'entre elles ont subi de graves blessures, a-t-il ajouté, s'engageant à relocaliser les résidants de la décharge.
Les autorités municipales espèrent convertir le dépotoir en une source d'énergie verte. Les installations en ce sens sont en construction depuis 2013.
D'autres éboulements, de moins grande envergure, y auraient fait deux ou trois morts au cours des deux dernières années.
L'Éthiopie est sous l'état d'urgence depuis le mois d'octobre à la suite d'une série de manifestations parfois sanglantes pour revendiquer davantage de libertés politiques.