Les infrastructures sur l'île de la Dominique sont lourdement endommagées, les aéroports ne sont plus fonctionnels et les communications sont à peu près impossibles, ce qui complique le rapatriement.

Difficile rapatriement d'étudiants canadiens se trouvant en Dominique

Les dommages importants causés par le passage de l'ouragan Maria dans les Antilles cette semaine compliquent considérablement les efforts pour rapatrier plus de 150 étudiants canadiens qui se trouvent sur l'île de la Dominique.
Omar Alghabra, secrétaire parlementaire de la ministre canadienne des Affaires étrangères, a expliqué vendredi que les infrastructures sur l'île sont lourdement endommagées, les aéroports ne sont plus fonctionnels et les communications sont à peu près impossibles.
La Dominique, une ancienne colonie britannique, est une île des Antilles située entre la Guadeloupe et la Martinique.
Environ 150 étudiants canadiens fréquentent la faculté de médecine de l'université Ross, et une dizaine d'autres Canadiens fréquentent une institution post-secondaire, a précisé M. Alghabra. Les autorités des deux institutions tentent d'organiser des navettes en bateaux vers Sainte-Lucie, où le personnel consulaire canadien est prêt à les aider à rentrer au pays, soutient l'adjoint de la ministre Chrystia Freeland.
Mais même ce scénario est complexe, a-t-il précisé, car les côtes de l'île sont encombrées de débris, ce qui rend difficile l'abordage.
M. Alghabra dit comprendre l'angoisse vécue par les proches des étudiants canadiens, mais il assure que le gouvernement met tout en oeuvre pour rapatrier les jeunes Canadiens aussi rapidement que possible.
Affaires mondiales Canada fait état d'un total de 210 Canadiens en détresse dans les régions frappées par l'ouragan.
Aucun Canadien ne figure dans le bilan dévastateur d'au moins 27 morts dans les Caraïbes, a ajouté le ministère.
Maria a frappé de plein fouet l'île de Porto Rico mercredi; l'ouragan de catégorie 4 était le plus important à toucher ce territoire américain en 80 ans.