a foule qui va voir la grosse boule descendre à Times Square s’apparente probablement à un peu moins de 100 000 personnes, selon G. Keith Still, professeur en sciences de la foule.

Deux millions de personnes à Times Square? Sûrement pas, selon des experts

NEW YORK — Les animateurs Ryan Seacrest et Anderson Cooper seront là. Le rappeur Snoop Dogg aussi. Mais y aura-t-il vraiment un ou deux millions de personnes sur Times Square, à New York, la veille du jour de l’An? Sûrement pas, selon des experts.

Des spécialistes en évaluation de foule se moquent de ces chiffres gigantesques dont se vantent chaque année les organisateurs et les villes. Selon eux, il est impossible d’entasser autant de gens dans cet espace relativement petit.

La foule qui va voir la grosse boule descendre à Times Square s’apparente probablement à un peu moins de 100 000 personnes, selon G. Keith Still, professeur en sciences de la foule.

«Généralement, les gens surestiment les foules de 10 à 100 fois», a souligné M. Still, qui enseigne les sciences de la foule à l’Université métropolitaine de Manchester, en Angleterre, et qui offre de la formation à des policiers pour calculer la taille des foules.

Les estimations de la foule proviennent du service de police de la ville de New York, selon la Time Square Alliance, qui organise l’événement.

Dans les dernières années, le service de police estimait que deux millions de personnes s’étaient entassées sur Times Square. Le maire Bill de Blasio a aussi fait référence à ce chiffre, vendredi, affirmant que la ville s’attendait à accueillir «jusqu’à deux millions de personnes seulement à Times Square». Le secteur en question couvre cinq rues, de Broadway à la Septième Avenue.

Le professeur de l’université de New York Charles Seife, un mathématicien et un journaliste qui a étudié la manipulation statistique dans son livre Proofiness, indique que la ville a intérêt à reprendre ces chiffres parce que «cela aide à cimenter l’image New York comme le centre de l’Univers à une certaine date et un certain moment».

Mais de mauvais calculs et la géographie vague sont aussi à l’origine du problème, selon lui.

«Comment comptez-vous un participant lorsque la boule de Times Square descend? Est-ce que c’est tout le monde qui peut voir la boule, ou toute personne qui est entassée dans un bar à Manhattan?», a-t-il demandé.

Un chiffre inatteignable

Pour pouvoir accueillir un million de fêtards, la ville devrait entasser l’équivalent d’un stade des Yankees à guichets fermés sur chaque pâté de maisons de la Septième avenue, entre Times Square et le Central Park, qui commence à environ 15 rues de là.

M. Still et ses collègues effectuent des analyses détaillées lors du calcul de la taille précise de la foule. Or, même en utilisant des techniques simples, telles que la mesure de Times Square sur une carte et l’exécution de quelques calculs, il est clair que les chiffres n’atteignent pas un million.

Times Square hébergerait environ 51 000 personnes à une densité de trois personnes par mètre carré, selon M. Still. On pourrait atteindre le cap des 120 000 personnes si la foule s’entassait à sept personnes par mètre carré, mais il est peu probable que ce soit le cas, puisque les gens devraient être trop entassés.

Ces chiffres ne comptent pas les personnes qui regardent depuis les fenêtres des hôtels et des immeubles de bureaux ni depuis les zones enclavées plus éloignées. Ils ne tiennent pas non plus compte de l’espace occupé par les stades, les appareils de sécurité et les voies de sortie, où les gens pourraient autrement se tenir debout.

L’estimation de la foule à New York a évolué au fil du temps. En 1998, le service de police estimait qu’environ 500 000 personnes étaient présentes. Mais lors de l’événement pour marquer le millénaire, le maire Rudolph Giuliani avait prévu recevoir deux millions de personnes.

Lors de grands événements, une estimation précise de la foule est essentielle à la sécurité publique: un mauvais chiffre peut laisser des villes consacrer trop ou trop peu de ressources à un événement. Mais New York — malgré l’augmentation du nombre de ses spectateurs — gère bien la foule, en canalisant les fêtards dans des zones enclavées afin qu’il n’y ait aucune possibilité de surpeuplement et en filtrant chaque personne à la recherche d’armes.

Un sujet parfois controversé

L’estimation de la taille de la foule a longtemps été sujette à des hypothèses inexactes et à des pressions politiques.

Des débats sur la taille de la foule avaient fait rage lorsque le président Donald Trump avait affirmé qu’il avait attiré le plus grand nombre de spectateurs de l’histoire lors de son investiture.

Le Service des parcs nationaux avait cessé d’estimer le nombre de spectateurs à des événements sur le National Mall à Washington, après un conflit avec le dirigeant de la Nation of Islam, Louis Farrakhan, à propos de la participation à sa Million Man March, en 1995.

Les défilés pour les équipes sportives victorieuses ont donné lieu à certaines des estimations les plus exagérées. Les responsables avaient déclaré que 3,2 millions de personnes avaient envahi les rues de Philadelphie pour le défilé des Eagles Super Bowl, l’an dernier. Le maire de la ville a ensuite reconnu que la foule était probablement plus de 700 000 personnes.

Et il n’y a pas un million de personnes qui se massent sur la minuscule cité du Vatican pour Noël, Pâques ou autre, selon M. Still.

«À moins qu’ils ne mesurent 17 mètres de haut, empilés les uns sur les autres, épaule contre épaule, vous ne pourrez pas réunir autant de personnes sur la place Saint-Pierre», a-t-il soutenu.