Shawn Beauvais-MacDonald (à gauche) a manifesté samedi dernier aux côtés de suprémacistes blancs et de néonazis américains à Charlottesville.

Des Québécois présents à Charlottesville

Au moins deux Québécois ont fait la route jusqu'à Charlottesville, en Virginie, pour grossir les rangs des suprémacistes blancs lors du rassemblement qui a dégénéré et fait une victime, la semaine dernière.
L'un d'entre eux a fustigé la publication, sur une page Facebook antifasciste appelée anti-Pegida Québec, de captures d'écran tirées d'un reportage du média Vice tourné à Charlottesville où l'on voit son visage et celui de quatre autres jeunes hommes.
«Ces gens sont des idiots qui veulent faire avancer le récit des médias mondialistes pour faire taire toute personne qui est à droite du centre», s'est insurgé en anglais Shawn Beauvais-MacDonald sur sa page Facebook, dans la nuit de mercredi à jeudi.
Quelques heures auparavant, il avait été suspendu du groupe d'extrême droite La Meute, dont il faisait partie. Il a été exclu «d'un commun accord, le temps de faire la lumière sur cette affaire», a écrit mercredi soir à La Presse canadienne le porte-parole de l'organisation, Sylvain Brouillette.
«Il se défend d'avoir été avec un groupe de suprémacistes blancs, il dit que c'est de la désinformation des médias anti-Trump», a-t-il enchaîné, soutenant que La Meute «se dissocie formellement des groupes de suprémacistes blancs, des groupes racistes et des groupes violents de toute orientation politique».
Un autre Québécois qui a fait le déplacement en Virginie et dont la photo a été publiée sous forme d'avis de recherche sur la même page Facebook est Vincent Bélanger-Mercure.
«Je l'ai surtout fait "For the lulz", c-à-d que je m'attendais à y [être] diverti et ce fut bel et bien le cas», a-t-il écrit dans un échange de messages privés avec La Presse canadienne, jeudi.
Il a soutenu qu'il s'était rendu au rassemblement «Unite the Right» (Unissons la droite) pour protester contre le retrait d'une statue équestre du général sudiste Robert Lee, qui a commandé les troupes confédérées durant la Guerre de Sécession.
Le biologiste se défend d'être un suprémaciste blanc. «Mais j'ai pas non plus honte d'être blanc», a-t-il écrit. «Je crois qu'en tentant d'uniformiser toutes les cultures par la globalisation, on fait disparaître de la beauté du monde», a ajouté Vincent Bélanger-Mercure.
Il a dit ne pas connaître les trois autres hommes dont la photo a été publiée, ni avoir la certitude qu'ils sont originaires du Québec. «On dirait par l'accent mais j'leur ai pas parlé en français», a-t-il écrit, spécifiant avoir «seulement parlé à Shawn».
Les photos ont été tirées d'un reportage réalisé par le média Vice en collaboration avec HBO sur les événements de Charlottesville, qui ont été condamnés par de nombreux politiciens à travers le monde.
La personne qui gère la page Facebook anti-Pegida Québec a expliqué avoir publié les photos parce qu'il est «important de dénoncer ce type de comportement» de ces gens qui «pourraient éventuellement poser des actes dangereux pour la population».
«N'oublions pas ce qui s'est passé à la mosquée de Québec. C'est de la radicalisation raciste», a plaidé cette personne qui n'a pas voulu dévoiler son identité ou accorder d'entrevue au téléphone, dans un échange de messages privés avec La Presse canadienne.
Un geste pas illégal
Aux internautes qui l'ont accusé de poser un geste illégal en publiant ces photos, l'administrateur de la page a répondu qu'ils avaient tort. C'est ce que confirme l'avocat Mark Bantey, spécialisé en diffamation et en droit de l'information.
«Quelqu'un qui se présente dans un endroit public, une manifestation, renonce évidemment à sa vie privée. On n'a pas besoin de son consentement [pour publier]», a-t-il souligné en entrevue téléphonique.
La ligne à ne pas franchir est celle de la diffamation ou des propos haineux, a précisé l'avocat.
Si un internaute publie des propos de cette nature, il s'expose évidemment à une poursuite, et si une menace est signalée à l'administrateur de la page et qu'il ne l'enlève pas, «ça se peut qu'il soit responsable lui aussi», a-t-il indiqué.
Au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), jeudi, on a indiqué n'avoir reçu aucune plainte en lien avec les activités sur la page Facebook, dont on assure une supervision.
La manifestation en Virginie a donné lieu à de violents affrontements entre le camp composé de groupes néonazis et de membres du Ku Klux Klan (KKK) et l'autre camp, qui était composé de militants opposés aux positions de ces personnes se réclamant de l'«alt-right».
Les violences ont dégénéré au point où un homme a tué une jeune femme et blessé plusieurs autres personnes en fonçant avec son véhicule sur la foule. Le suspect, James Alex Fields fils, a été arrêté et fera face à plusieurs accusations, dont une de meurtre non prémédité.
Montée de l'extrême droite
Le premier ministre Justin Trudeau a réagi à cette flambée de violence sur Twitter dimanche dernier. «Le Canada n'est pas à l'abri du racisme et de la haine. Nous les condamnons sous toute forme et appuyons les victimes de Charlottesville», a-t-il écrit.
Du côté de Québec, certains politiciens, dont la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, ont exprimé des préoccupations face à une montée de l'extrême droite, alors qu'un rassemblement organisé par La Meute doit se tenir dans les rues de la capitale, dimanche.
Il y a effectivement une montée de cette mouvance au Québec et au Canada, selon David Morin, vice-doyen aux études supérieures et aux affaires internationales de l'Université de Sherbrooke et codirecteur de l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent.
«Il y a un discours d'extrême droite qui est beaucoup plus audible à l'heure actuelle au Canada. [...] On sent une tentative de normaliser un certain discours qui converge vers ce qu'on entend généralement dans l'extrême droite», a-t-il exposé en entrevue avec La Presse canadienne.
La situation au Canada, où l'on dénombre entre 500 et 1000 militants d'extrême droite radicaux, selon des études citées par le professeur Morin, n'a cependant aucune commune mesure avec celle aux États-Unis.
«Dans le cas des États-Unis, ça ne surprend personne; en tout cas, je suis surpris que les gens soient surpris. L'extrême droite américaine est organisée, présente depuis des décennies, elle a commis parmi les principales attaques contre le gouvernement américain», a-t-il lâché.
En revanche, il faut demeurer vigilant, car certains sujets qui font actuellement la manchette - l'afflux de demandeurs d'asile à la frontière canado-américaine, les attentats terroristes - sont des terreaux fertiles pour la prolifération du message de l'extrême droite, a-t-il prévenu.
«On l'a vu en Europe, on le voit aux États-Unis, a fait remarquer M. Morin. Les liens injustifiables qu'on fait souvent entre l'immigration et le terrorisme permettent d'alimenter les peurs, alors on est dans un contexte où les ingrédients d'un cocktail explosif sont là.»