Au moins six personnes ont perdu la vie en Italie à la suite de violents orages, dimanche. Une famille de cinq personnes a été complètement décimée : seule la fillette de trois ans a survécu.

Des orages déciment une famille en Italie

Une fillette de trois ans a été le seul membre d'une famille de cinq personnes à échapper à la noyade dimanche dans une maison du nord de l'Italie inondée par de violents orages qui ont au total fait au moins six morts.
Les corps de son petit frère, de ses parents et de son grand-père ont tous été découverts à l'intérieur d'un appartement situé au sous-sol à Livourne, une ville de Toscane sur laquelle sont tombés 40 centimètres de pluie en l'espace de quatre heures, transformant les rues en rivières et emportant des voitures, selon les médias.
Le grand-père, qui vivait juste au-dessus des pièces où le drame s'est produit, est parvenu à sauver sa petite-fille, mais a trouvé la mort quand il a tenté de porter secours au garçonnet âgé de quatre ans ainsi qu'à son père et à sa mère, a raconté le quotidien local Il Tirreno.
Sur les images diffusées par les télévisions, on pouvait voir la cour de la maison remplie de boue et de débris divers et des voisins sous le choc à la vue des secouristes récupérant les cadavres.
Un cinquième corps a été mis au jour dans une zone dévastée par des glissements de terrain et un sixième dans un quartier d'habitations voisin, ont annoncé les pompiers.
Une septième personne a péri dans un accident de la route, mais on ignorait si cela était lié ou non aux conditions météo.
Deux autres sont portées disparues, d'après les pompiers, tandis que le maire de Livourne, Filippo Nogarin, disait craindre que le bilan des morts «puisse encore s'alourdir».
«Une ville à genoux»
«La situation est très difficile, c'est critique. La ville est à genoux», a-t-il encore déclaré, déplorant que le gouvernement ait sous-estimé le danger en ne plaçant la région qu'en alerte orange et non rouge, ce qui aurait selon lui pu complètement éviter les pertes humaines à Livourne.
Les habitants d'autres quartiers s'activaient à vider l'eau de leurs maisons et à les nettoyer, empilant sur les trottoirs des meubles endommagés, cependant qu'une camionnette rouge a été retrouvée plantée presque à la verticale dans une cour.
Toujours en Toscane, un avis d'alerte orange a également été déclaré à Florence par la protection civile, tandis que les orages, qui ont commencé dans la nuit de samedi à dimanche dans le nord de l'Italie, se dirigeaient désormais vers le sud.
À Pise, où des arbres arrachés bloquaient des chaussées, quelque 200 magasins et stationnements ont été inondés.
Dans la capitale italienne, sept stations de métro et des passages souterrains ont été fermés par précaution, tandis que de grandes poubelles flottaient dans des rues envahies par les eaux près du Colisée.
«Une fois de plus, la Ville a montré qu'elle n'était pas du tout préparée» à ce genre d'événements, a dénoncé Codacons, une association de consommateurs italienne, qui a parlé de «chaos» à Rome.
Quant à la Sicile, dans le sud, elle a été placée en alerte orange pour la nuit prochaine et pour lundi, notamment à Palerme et à Catane.
Le principal syndicat d'agriculteurs italien, Coldiretti, a expliqué que la situation avait été aggravée par une sécheresse qui a laissé la terre plus aride que d'ordinaire, incapable d'absorber les pluies.
Les précipitations ont en effet fortement diminué cet été en Toscane.
«La tropicalisation du climat entraîne une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, avec des vagues de chaleur, la formation d'importants nuages, de violentes chutes de grêle qui ravagent la production agricole nationale», a précisé Coldiretti.
Cette organisation évalue les dégâts occasionnés à la production par ces dérèglements climatiques à 14 milliards d'euros (20,45 milliards $CAN) ces 10 dernières années.