Des policiers tentent de contenir la foule qui veut rendre hommage à Diego Maradona à l’extérieur de la Casa Rosada à Buenos Aires, jeudi.  
Des policiers tentent de contenir la foule qui veut rendre hommage à Diego Maradona à l’extérieur de la Casa Rosada à Buenos Aires, jeudi.  

Des milliers d’Argentins défilent à Buenos Aires pour dire au revoir à Maradona [PHOTOS]

La Presse Canadienne
BUENOS AIRES, Argentine - Des partisans ont confronté les policiers alors que des milliers d’autres ont fait la file pour dire au revoir à Diego Maradona, jeudi, au siège du pouvoir exécutif de l’Argentine où se déroulent les funérailles de l’un des plus grands joueurs de soccer de l’histoire.

Ceux-ci ont lancé des bouteilles et des barrières de sécurité aux policiers qui assuraient la sécurité de la ‘Casa Rosada’, située au coeur de Buenos Aires.

La chapelle ardente a ouvert ses portes à 6h15, après une cérémonie privée réservée aux membres de la famille et aux proches de Maradona.

Le cercueil en bois de Maradona a été installé dans le lobby principal du bureau du président de l’Argentine, recouvert du drapeau du pays sud-américain et d’un chandail no 10 de l’équipe nationale de soccer. Des dizaines d’autres chandails de différentes équipes de soccer ont été lancés vers le cercueil par des visiteurs qui défilaient, en larmes.

Maradona est décédé d’un infarctus dans une résidence située en banlieue de Buenos Aires, où il récupérait d’une intervention chirurgicale au cerveau effectuée le 3 novembre.

Les premières personnes à dire leurs adieux furent ses filles, ainsi que proches de la famille. Puis, ce furent ses ex-coéquipiers de l’équipe championne de la Coupe du monde en 1986, parmi lesquels se trouvait Oscar Ruggeri. D’autres joueurs argentins, dont Carlos Tevez, de Boca Juniors, ont aussi participé à la cérémonie.

La file a commencé à se former devant la ‘Casa Rosada’ quelques heures seulement après l’annonce du décès de Maradona à l’âge de 60 ans.

+

Des admirateurs de Diego Maradona s’étreignent près de la Casa Rosada à Buenos Aires, jeudi. 

+

Le premier visiteur «étranger» à saluer Maradona fut Nahuel de Lima, qui se déplaçait en béquilles à cause d’un handicap.

«Il a révélé l’Argentine à la planète entière; quiconque parle de Maradona parle aussi de l’Argentine, a expliqué de Lima à l’Associated Press. Diego est un homme du peuple... Aujourd’hui, les chandails, les partis politiques, tout ça n’a pas d’importance. Nous sommes venus dire au revoir à un grand homme qui nous a apporté beaucoup de joie.»

Lidia et Estela Villalba pleuraient à proximité de la sortie du lobby. Elles portaient chacune un chandail de Boca Juniors, et le drapeau argentin sur leurs épaules.

«Nous lui avons dit que nous l’aimons, qu’il est le plus grand de l’histoire», ont-elle déclaré en même temps.

Au même moment, à l’extérieur, des partisans ont bousculé des policiers, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes pour contenir la foule.

Des partisans de Maradona qui défilaient devant son cercueil lui ont adressé des bisous, alors que d’autres se frappaient le torse avec le poing en criant «Allez Diego!». La plupart, mais pas tous, ont porté le masque pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Une énorme murale montrant le visage de Maradona a été peinte sur les tuiles de la ‘Plaza de Mayo’, près de la ‘Casa Rosada’, qui était ornée d’un immense ruban noir au-dessus de l’entrée principale.

Un écran géant installé devant la ‘Casa Rosada’ faisait défiler des images de la carrière de Maradona, alors que des partisans attendaient pour rendre leurs hommages.

- Par Almudena Calatrava et Debora Rey, The Associated Press

+

Des policiers tentent de contenir la foule qui veut rendre hommage à Diego Maradona à l’extérieur de la Casa Rosada à Buenos Aires, jeudi.