La vidéo montre Santiago sortir son pistolet 9mm et se mettre à tirer aléatoirement.

Des images de l'attaque de Fort Lauderdale diffusées sur le Web

Alors que le suspect de l'attaque survenue à l'aéroport de Fort Lauderdale doit comparaître lundi, un site Internet a diffusé dimanche des images qui semblent montrer l'individu, qui marche calmement, avant d'empoigner son pistolet et d'ouvrir le feu dans la zone de retrait des bagages.
L'enregistrement vidéo publié sur le site TMZ présente apparemment le suspect, Esteban Santiago, qui se déplace près de l'endroit où les voyageurs viennent cueillir leurs bagages à l'aéroport international de Fort-Lauderdale-Hollywood, vendredi. On le verrait ensuite prendre son pistolet de sa ceinture, avant tirer plusieurs fois dans la foule.
Esteban Santiago, âgé de 26 ans, est accusé d'avoir abattu cinq voyageurs et d'en avoir blessé six autres lors de l'attaque. Il a été accusé samedi d'avoir commis un acte de violence menant à la mort dans un aéroport international - ce qui est passible de la peine de mort - et d'avoir violé certaines lois sur les armes. Sa première comparution en cour est prévue lundi.
La police fédérale (FBI) a affirmé dans un courriel qu'elle était au courant de la vidéo, mais elle n'a pas voulu confirmer son authenticité. Le site TMZ n'a pas dit comment il avait fait pour obtenir la vidéo, qui semble avoir été tournée à partir d'une caméra de surveillance.
L'individu aurait admis aux enquêteurs qu'il avait planifié son attaque, acheté un billet aller seulement vers Fort Lauderdale, peut-on lire dans la plainte déposée.
Les autorités ne savent pas pourquoi l'individu a choisi cet endroit et elles n'excluent toujours pas la piste du terrorisme.
Interrogations
Au cours d'une conférence de presse, les autorités ont dit avoir interrogé environ 175 personnes. Elles ont eu de longues conversations avec le suspect, un ancien membre de la Garde nationale de l'Alaska, qui s'est montré coopérant.
L'agent du FBI George Piro a dit que l'individu avait parlé aux enquêteurs pendant plusieurs heures après qu'il eut ouvert le feu dans l'aéroport avec un pistolet semi-automatique de 9 millimètres qu'il aurait enregistré en bonne et due forme pour prendre son vol à l'aéroport d'Anchorage, en Alaska.
«Selon nos indications, il est venu ici pour commettre cette horrible attaque. Nous ne savons pas ce qui l'a poussé à aller de l'avant. Nous examinons toutes les causes possibles», a-t-il indiqué.
Les enquêteurs recherchent des indices sur les réseaux sociaux. Selon l'agent Piro, il est encore trop tôt pour déterminer si le terrorisme a joué un rôle dans cette tuerie. En novembre, Santiago s'est rendu dans un bureau du FBI en Alaska, prétendant que le gouvernement américain contrôlait son esprit et l'obligeait à regarder des vidéos de Daech (le groupe armé État islamique).
Le frère d'Esteban Santiago, Bryan, a affirmé samedi que le jeune homme avait reçu peu d'assistance lorsqu'il avait réclamé de l'aide psychologique. Selon lui, les autorités américaines savaient qu'il était devenu paranoïaque et qu'il entendait des voix.
«Comment est-ce possible que le gouvernement sache, qu'il l'hospitalise pendant quatre jours, et ensuite qu'il lui redonne son arme?», a demandé M. Santiago.
Rencontrée à sa résidence de Porto Rico, la mère du suspect a refusé de commenter la nouvelle, essuyant les larmes sur ses joues. Elle a seulement dit que son fils avait été incroyablement troublé lorsqu'une bombe avait explosé près de deux de ses amis, en Irak, alors qu'il n'avait que 18 ans.
Esteban Santiago
Selon les autorités, Esteban Santiago a continué à tirer jusqu'à épuiser ses munitions puis il s'est rendu sans résistance aux policiers, entre 70 et 80 secondes plus tard.
Esteban Santiago a été inculpé samedi d'actes de violence dans un aéroport, un crime passible de la peine de mort ou de la réclusion à perpétuité, et il doit comparaître pour la première fois lundi devant un tribunal en Floride. 
Les enquêteurs n'excluaient aucune piste quant à son mobile, y compris la piste terroriste.
Le tireur, ancien soldat de la Garde nationale, souffrait de troubles mentaux, selon plusieurs témoignages dont ceux de son frère, d'une de ses tantes ainsi que du FBI.
AVERTISSEMENT: LES IMAGES QUI SUIVENT PEUVENT CHOQUER