De la fierté dans les rues du Brésil

Des centaines de milliers de militants et sympathisants de la cause des Lesbiennes, Gais, Bisexuels et Transsexuels (LGBT) défilaient dimanche au coeur de São Paulo, la mégapole du Brésil, pour célébrer la 20e journée de la fierté gaie.
Deux millions de personnes sont attendues au cours de la journée, selon les organisateurs, dont l'objectif est de susciter une grande mobilisation pour que la loi «d'identité de genres soit approuvée au parlement». Ce projet de 2013 oblige, entre autres, les services de santé à prendre en charge les opérations de changement de sexe. Le défilé de la fierté gaie de São Paulo est considéré comme l'un des plus grands du monde.
La première édition, en 1996, avait réuni 2000 personnes mais aujourd'hui elle est devenue l'un des moteurs du tourisme dans cette ville de plus de 20 millions d'habitants avec la banlieue.
Marta Dalla Chiesa, présidente de l'Association de tourisme pour les LGBT, citée dimanche par le site Uol, a indiqué que la semaine de la fierté gaie rapporte 200 millions de réais (plus de 51 millions $) à la ville et est l'un des grands événements avec la Formule 1 et le Salon de l'automobile.
Protestations
Des protestations contre le président par intérim, Michel Temer, qui a remplacé Dilma Rousseff dans l'attente du jugement de sa procédure en destitution au Sénat ont ouvert le défilé pour lequel plus de 1000 policiers ont été mobilisés.
Le 18 mai, des députés évangéliques ont présenté un projet pour suspendre le droit des travestis et transsexuels d'utiliser leur nom social dans les administrations publiques, accordé en avril par le gouvernement Rousseff.
Un projet de loi pour punir l'homophobie se heurte depuis des années à la résistance des courants catholiques et évangéliques au Parlement. Plus de 300 meurtres par an sont enregistrés dans le pays, selon l'organisation Gay da Bahia.
En 2011, l'union stable de couples homosexuels a été reconnue par la Cour suprême, qui leur a garanti les mêmes droits qu'aux couples hétérosexuels.