Le président américain, Donald Trump

COVID-19: les États-Unis ont le plus grand nombre de cas recensés dans le monde

Les États-Unis ont dépassé jeudi l’Italie et la Chine et sont devenus le pays du monde à compter le plus de cas recensés d’infection au nouveau coronavirus, selon les données de l’université Johns Hopkins et du New York Times.

Les États-Unis, qui sont le pays où la pandémie progresse le plus rapidement, comptabilisaient au moins 82 404 cas, selon les chiffres de Johns Hopkins. L’Italie dénombrait jeudi 80 539 cas et la Chine 81 285, selon un comptage de l’AFP.

Le New York Times, qui collecte ses propres données, avait peu avant également annoncé que les États-Unis avaient dépassé la Chine, d’où l’épidémie est partie en décembre, et l’Italie, qui compte pour sa part le plus grand nombre de morts.

Le nombre de décès liés au COVID-19 restait bien plus important en Italie (8165) qu’aux États-Unis (1178), où la majorité des morts sont enregistrés à New York, devenue le centre de l’épidémie américaine.

L’Organisation mondiale de la santé a averti mardi que les États-Unis et ses 330 millions d’habitants pourraient bientôt dépasser l’Europe et devenir l’épicentre de la pandémie.

Distanciation sociale: Trump veut un allégement progressif

Le président américain Donald Trump a par ailleurs confirmé jeudi qu’il souhaitait alléger les recommandations de «distanciation sociale» liées au nouveau coronavirus en fonction d’une évaluation locale des risques.

«Nos capacités étendues de tests nous permettront rapidement de publier des critères (...) pour classer les comtés en fonction des risques posés par le virus», a écrit le locataire de la Maison Blanche dans un courrier à tous les gouverneurs du pays.

«Sur la bases de ces critères fondés sur des données, nous proposerons de classer les comtés en risque élevé, risque moyen, risque faible», ajoute-t-il, sans donner d’indication de calendrier.

Dans ce courrier au ton très mesuré, qui tranche avec ses annonces initiales sur une «réouverture» de l’économie d’ici Pâques (qui tombe cette année le 12 avril), le président américain souligne que «la bataille sera encore longue» alors que la courbe des infections au COVID-19 ne cesse d’augmenter aux Etats-Unis.