Les équipes de secours s'affairent devant l'entrée de la mine.

Course contre la montre pour sauver des mineurs en Iran

Au moins 21 mineurs sont morts mercredi dans une mine de charbon du nord de l'Iran après l'effondrement de tunnels provoqué par une explosion accidentelle, l'espoir s'amenuisant pour 32 autres mineurs encore coincés sous terre.
«Vingt-un corps ont été sortis. Il s'agit des corps de mineurs qui étaient descendus dans la mine pour secourir leurs camarades», a déclaré Reza Bahrami, le chef de la Maison de l'industrie et des mines de la province de Golestan (nord) où l'accident a eu lieu.
Il a précisé que «ce bilan ne comprenait pas les 32 mineurs qui avaient été bloqués dans la mine» après l'explosion, provoquée par la tentative de mise en marche du moteur d'un chariot, selon les médias iraniens. L'explosion a causé l'effondrement d'une partie d'un tunnel de la mine proche de la ville d'Azad Shahr, dans la province de Golestan.
«Trente-deux mineurs et employés de la mine sont coincés de l'autre côté des gravats (qui bloquent le tunnel) à une profondeur de 1300 mètres», a déclaré Hassan Sadeglou, le gouverneur de la province de Golestan à la télévision d'État.
Il a ajouté que les équipes de sauvetage injectaient de l'oxygène dans le tunnel pour tenter de sauver les mineurs toujours coincés.
Les images diffusées en direct par la télévision d'État, montraient les équipes de secours s'affairant devant l'entrée de la mine.
Dans un premier temps, les autorités avaient annoncé qu'au moins 70 mineurs étaient pris au piège à plusieurs centaines de mètres de profondeur, avant de revoir ce chiffre à la baisse.
Selon l'agence officielle Irna, une trentaine de mineurs blessés plus ou moins grièvement ont été admis dans différents hôpitaux de la région et douze autres sont sortis indemnes.
Concentration de gaz 
Les équipes du Croissant-Rouge iranien, des urgences et des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite d'Iran, sont à pied d'oeuvre pour «tenter de sortir les mineurs bloqués», a affirmé le responsable des situations de crise dans la province de Golestan, cité par le site de la télévision d'État Irib.
«Mais en raison de la concentration de gaz, les opérations sont rendues difficiles», a-t-il ajouté.
La mine de charbon d'Azad Shahr, où travaillent 500 mineurs, «dispose de tunnels horizontaux longs de plus de 1000 mètres et les mineurs sont bloqués à l'extrémité de (l'un de) ces tunnels», a affirmé l'agence officielle Irna.
Selon le directeur du Croissant-Rouge de la province, Hossein Ahmadi, cité par l'agence Tasnim, les secouristes ont réussi à aller «jusqu'à 800 mètres dans les tunnels, mais ils ont eux-mêmes manqué d'oxygène».
Son adjoint a ajouté que la «priorité est de sortir le monoxyde de gaz concentré dans les tunnels, car il y a toujours le risque d'une nouvelle explosion».
Le président Hassan Rohani a dépêché sur place son ministre du Travail Ali Rabii, selon les médias. Une cellule de crise a été mise en place pour superviser les opérations de secours.
À deux semaines de l'élection présidentielle prévue le 19 mai, à laquelle M. Rohani se présente pour un second mandat de quatre ans, cet accident tombe mal pour le président modéré.
Ses adversaires conservateurs accusent en effet son gouvernement de ne pas s'occuper suffisamment des classes les plus défavorisées et des travailleurs.
Sur les réseaux sociaux et les sites des médias conservateurs, le gouvernement de M. Rohani est d'ores et déjà accusé de ne pas se mobiliser assez pour venir en aide aux mineurs.