D’autant que malgré toutes les précautions (quarantaine, confinement, prise régulière de température..) certains peuvent passer au travers du filet.

Coronavirus: l'épidémie accélère hors de Chine, sa vitesse inquiète l'OMS

PÉKIN — L’épidémie de pneumonie virale a connu samedi une soudaine accélération hors de Chine, en particulier en Corée du Sud où la situation est jugée «grave», et en Iran où elle a déjà fait cinq morts, soit le plus grand nombre de décès enregistrés dans un pays hors Extrême-Orient.

L’Iran a aussi enregistré 10 nouveaux cas, portant à 28 le nombre total de personnes contaminées en République islamique.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète de la vitesse à laquelle le virus s’est propagé en Iran et des risques pour d’autres pays comme le Liban.

«Nous avons vu une augmentation très rapide (des cas) en quelques jours», constate Sylvie Briand, directrice du département Préparation mondiale aux risques infectieux à l’OMS. Elle souligne le «risque potentiel de plus de cas exportés dans les jours à venir».

L’OMS redoute aussi «le potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires», a averti son directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

C’est le cas de nombreux pays africains dont les infrastructures sanitaires et le personnel médical sont mal préparés pour affronter l’épidémie. Pour l’instant sur le continent, seule l’Égypte a enregistré un cas confirmé de contamination.

Nombre sous-estimé 

Certains experts estiment que le nombre de cas pourrait être sous estimé: une étude publiée vendredi par le centre des maladies infectieuses de l'Imperial College de Londres «estime qu'environ les deux tiers des cas de Covid-19 sortis de Chine sont restés indétectés au niveau mondial, avec pour résultat potentiel des chaînes multiples non détectées de transmission humaine hors de Chine».

D'autant que malgré toutes les précautions (quarantaine, confinement, prise régulière de température...), certains peuvent passer au travers du filet. Le Japon a reconnu samedi que 23 passagers du Diamond Princess avaient pu quitter ce navire de croisière mis en quarantaine à Yokohama sans passer tous les contrôles médicaux requis.

Alors que la maladie a déjà touché quelque 77 000 personnes dans le monde, l'Italie est le premier pays européen à enregistrer des cas mortels parmi ses ressortissants: une femme de 75 ans et un retraité de 78 ans. Et le bilan des personnes contaminées est passé à 79, soit 76 de plus en deux jours, principalement dans le nord du pays, en Lombardie et en Vénétie.

Alors que les lieux publics avaient déjà été fermés la veille dans onze villes, le gouvernement italien y a imposé la quarantaine. Environ 52 000 personnes sont concernées, selon le Premier ministre Giuseppe Conte.

Le dirigeant a aussi annoncé la fermeture des entreprises et des établissements scolaires de ces zones, ainsi que l'annulation de tous les évènements publics (carnavals, compétitions sportives, sorties scolaires, etc.). Trois matches du championnat de foot prévus dimanche (Inter-Sampdoria, Atalanta-Sassuolo et Hellas Vérone-Cagliari) ont ainsi été reportés.

La France aussi se prépare à une possible «épidémie» de Covid-19, selon le nouveau ministre de la Santé Olivier Véran, qui se dit «attentif à la situation en Italie». Dans un entretien au journal Le Parisien, il estime «très probable» la possibilité de nouveaux cas en France.

En dehors de la Chine continentale (sans Hong Kong et Macao), plus de 1 300 contaminations ont jusqu’à présent été recensées, principalement en Corée du Sud et sur le Diamond Princess au Japon.

Fermeture d’une usine Samsung 

En Corée du Sud, un deuxième décès a été annoncé samedi et le nombre d’infections a fortement augmenté avec 229 nouveaux cas, sur un total de 433 cas rapportés, selon les autorités sanitaires.

L’épidémie est entrée dans une «phase grave et le gouvernement fait tout pour prévenir la propagation», a déclaré le Premier ministre Chung Sye-kyun dans une allocution samedi soir.

L’un des deux principaux foyers d’infection du pays est l’hôpital de Cheongdo: 95 des derniers cas sont «liés» à des patients ou du personnel de cet hôpital, où les deux personnes décédées avaient séjourné.

L’autre foyer est l’Église de Shincheonji de Jésus, une secte chrétienne de la ville de Daegu, non loin de Cheongdo. Au total, plus de 200 membres de cette secte chrétienne ont été contaminées.

Par ailleurs, un employé d’une usine Samsung Electronics à Gumi, à 200 kilomètres de Séoul, a été infecté, amenant le géant technologique à suspendre les activités sur ce site jusqu’à lundi.

Bénévoles des JO d’été 

Au Japon, une centaine de croisiéristes qui étaient en contact étroit avec des personnes infectées présentes sur le Diamond Princess ont commencé samedi à débarquer, selon des médias locaux.

En tout cette semaine quelque 970 personnes ont pu quitter le navire après des tests apparemment négatifs.

Mais parmi ces personnes lâchées dans la nature, deux Australiens, une Israélienne et une Japonaise ont été déclarés porteurs du virus un fois rentrés dans leur pays.

Le Diamond Princess reste le plus important foyer de contagion hors de Chine. Sur 3 711 personnes se trouvant initialement à bord, plus de 630 ont contracté le coronavirus.

Toujours au Japon, le comité d’organisation des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo a annoncé samedi qu’il allait retarder la formation des bénévoles qui encadreront l’événement, par mesure de précaution, tout en assurant que les JO (prévus du 24 juillet au 9 août) ne sont pas remis en cause.

Ralentissement en Chine 

En Chine continentale en revanche, la tendance est au ralentissement: 109 nouveaux décès annoncé samedi, contre 118 la veille, pour un total national de 2 345.

Le chiffre quotidien des nouveaux cas de contamination au coronavirus est en plus forte baisse encore, avec quelque 400 nouveaux cas contre près de 900 vendredi. Le nombre de contaminations dépasse désormais les 76 000.

Dans une lettre de remerciements à la fondation Bill et Melinda Gates pour son soutien financier contre l’épidémie, le président chinois Xi Jinping a souligné que son pays se trouvait désormais à «un moment critique», selon l’agence Chine nouvelle.