Les manifestants tenaient pour la plupart des affiches insistant sur le racisme dont fait selon eux preuve Donald Trump.

Condamnation des propos de Trump par les Haïtiens fiers de leur passé

Plusieurs dizaines d’Haïtiens ont manifesté jeudi devant l’ambassade américaine à Port-au-Prince en rappelant le rôle joué par leur pays contre l’esclavage, un héritage également souligné par le Sénat haïtien qui dénonce les propos de Donald Trump au sujet des migrants venant de «pays de merde».

«Vu combien nous nous sommes battus pour élever la race noire, pour apporter l’égalité entre les hommes, personne n’aurait dû nous insulter comme ça», s’insurge Clermont Berthony à quelques mètres de l’ambassade des Etats-Unis. «On n’est pas un pays de merde, on est un pays qui a fait l’histoire dans le monde: on ne mérite pas ça» regrette le manifestant.

En déclarant son indépendance en 1804, après une guerre victorieuse contre l’armée napoléonienne, Haïti a été la première nation du monde à abolir l’esclavage.

«Le Sénat rappelle que la République d’Haïti est l’expression du refus de l’humiliation depuis que les pères fondateurs avaient livré un combat épique contre l’esclavagisme, le colonialisme et le racisme pour ensuite indiquer aux peuples opprimés du monde les chemins de la liberté», souligne la déclaration des parlementaires haïtiens diffusée ce jeudi.

Après une condamnation formelle du pouvoir exécutif vendredi dernier, la chambre haute dénonce à son tour des propos «ignobles, insultants, méprisants et racistes».

Avec la polémique sur les propos que le président américain aurait tenus jeudi dernier, les manifestants en Haïti ont tenu à rappeler l’ingérence de la grande puissance voisine dans les affaires de leur pays.

«A maintes reprises par le passé, on a été les victimes des pays impérialistes et particulièrement des Etats-Unis», souligne l’avocat Mario Joseph, l’un des initiateurs de la manifestation de jeudi.

Les Etats-Unis ont militairement occupé Haïti entre 1915 et 1934 et le dernier bataillon de Marines n’a quitté le pays de la Caraïbe qu’après avoir transféré le pouvoir aux forces armées haïtiennes, créées et entraînées par les soldats américains au cours de l’occupation.

Pour continuer de dénoncer les propos tenus par Donald Trump mais également pour critiquer ce qu’elle juge comme étant une trop faible réponse du pouvoir exécutif face à cette polémique, l’opposition se prépare lundi à manifester à travers Port-au-Prince.