La candidate démocrate était à Daytona Beach, samedi, pour courtiser les électeurs de la Floride.

Clinton dénonce la lettre «inquiétante» du FBI

La candidate démocrate à la Maison-Blanche Hillary Clinton a qualifié samedi la lettre du directeur du FBI relançant l'affaire de sa messagerie personnelle de «sans précédent» et de «profondément inquiétante».
«Il est plutôt étrange qu'une chose pareille soit publiée, avec si peu d'informations, juste avant une élection», a déclaré Mme Clinton lors d'un rassemblement à Daytona Beach, en Floride.
«En fait, ce n'est pas seulement étrange, c'est sans précédent et c'est profondément inquiétant, car les électeurs méritent les faits dans leur ensemble. Nous avons donc appelé le directeur [du FBI James] Comey à expliquer tout et tout de suite, à tout mettre sur la table», a ajouté Hillary Clinton.
La favorite pour succéder à Barack Obama le 8 novembre dénonçait ainsi la lettre envoyée vendredi par James Comey au Congrès, informant les élus que ses enquêteurs avaient découvert de nouveaux messages potentiellement liés à l'affaire classée en juillet concernant la messagerie qu'Hillary Clinton a utilisée pendant quatre ans au département d'État, en lieu et place d'un compte gouvernemental sécurisé.

Trump exploite le retour du «scandale»

Donald Trump a intensifié samedi ses attaques visant l'intégrité d'Hillary Clinton, à la faveur de la relance surprise par le FBI de l'affaire de la messagerie personnelle de l'ex-secrétaire d'État.
«C'est le plus grand scandale politique depuis le Watergate, et tout le monde espère que justice sera enfin rendue», a affirmé Donald Trump samedi lors d'une rencontre à Golden, dans le Colorado, acclamé par des milliers de partisans scandant : «Enfermez-la!»
Le Watergate est le scandale politique qui a fait tomber en 1974 le président Richard Nixon.
«Hillary est la seule responsable de ses problèmes judiciaires croissants», a déclaré le milliardaire, ajoutant : «Hillary aurait dû être condamnée il y a bien longtemps.»
«Une belle, grande victoire nous attend», a-t-il dit. «Plus grande que le Brexit.» AFP