Le président français, Emmanuel Macron, et le premier ministre indien, Narendra Modi, se sont donné une chaleureuse accolade devant l'Arc de Triomphe, samedi.

Climat: Inde et France sur la même longueur d'ondes

Le président français Emmanuel Macron a reçu samedi le soutien appuyé du premier ministre indien, dans sa volonté de défendre l'accord de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique, après le choc du retrait américain annoncé par Donald Trump.
L'Inde, l'un des pays les plus pollueurs de la planète, «est pour l'accord de Paris, et travaillera dans ce domaine même au-delà», a déclaré le premier ministre indien, Narendra Modi, lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Macron, à l'Élysée.
«Cet accord de Paris peut protéger des générations à venir», a souligné Narendra Modi. «Pour moi, pour les Indiens, la protection de l'environnement, de la planète, est un article de foi, car nous l'avons appris dans les Vedas [textes sacrés de l'hindouisme], qui existent depuis des millénaires».
Pour le président français, l'appui du dirigeant indien renforce son appel mondial à défendre l'accord de Paris de fin 2015, en dépit de la décision de Donald Trump qui a annoncé jeudi le retrait des États-Unis.
Selon le chef de l'État français, la question du climat a d'ailleurs été «l'objet de l'essentiel» de la discussion avec le chef du gouvernement indien.
L'Inde est le quatrième pays le plus pollueur en termes de gaz à effet de serre (6 %), derrière la Chine (24 %), les États-Unis (15 %) et l'Union européenne (10 %).
«Je veux ici redire que la France est pleinement engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique, que la France continuera à être engagée», a insisté M. Macron qui a annoncé qu'il se rendrait «avant la fin de l'année» en Inde «pour qu'ensemble nous puissions réunir un premier sommet de l'Alliance mondiale solaire».
L'Alliance internationale solaire (ISA), lancée à l'initiative de la France et de l'Inde à l'occasion de la COP21, rassemble 121 pays, en majorité des pays situés entre les tropiques et riches d'un fort ensoleillement.
Il s'agit de «prendre des engagements concrets en faveur du solaire», «d'engager nos entreprises et nos innovations», dans ce secteur, a souhaité le président français.
Appel aux chercheurs
Depuis l'annonce du retrait américain de l'accord de Paris, M. Macron s'emploie à endosser le costume de champion de la lutte contre le réchauffement climatique.
«Make our planet great again» (rendez sa grandeur à notre planète), a d'abord lancé jeudi soir le président français en parodiant, dans un discours prononcé en anglais et en français, le slogan de campagne de M. Trump («Make America great again»), fustigeant «une erreur pour son pays» du responsable américain, et «une faute pour l'avenir de la planète».
Vendredi, après s'être entretenu avec le pape du climat et des réfugiés, il a reçu à l'Élysée l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le climat.
«Nous ne permettrons pas à Washington d'être sur notre chemin», a lancé ce dernier, assurant que villes, États fédérés, entreprises et citoyens américains se substitueront au gouvernement fédéral pour «satisfaire» malgré tout l'accord de Paris.
Dans une entrevue au quotidien Le Monde de samedi, M. Bloomberg a affirmé espérer «que Washington changera d'avis sur l'accord».
Dans la nuit, le ministère français des Affaires étrangères a continué à s'attaquer à la position américaine, via Twitter, en publiant des corrections en rouge sur la vidéo anti-accord de Paris publiée par la Maison-Blanche.
M. Macron a par ailleurs invité les chercheurs spécialisés dans l'environnement et la transition énergétique à venir travailler, comme il l'avait fait au cours de sa campagne présidentielle.
«À tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés que la décision du président des États-Unis a déçus», le président français a assuré qu'ils trouveraient «dans la France, une seconde patrie».
M. Macron doit réunir la semaine prochaine son gouvernement pour jeter les bases d'un plan d'action concret pour mettre en oeuvre cette promesse.