Christine Blasey Ford n’a pas violé la loi en s’identifiant comme psychologue lors de son témoignage devant le Sénat, où elle a accusé le candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh d’agression sexuelle, comme le suggèrent de nombreuses publications circulant en ligne.

Ce n'est pas arrivé cette semaine

Vérification faite par l’Associated Press, et contrairement à ce que vous pouvez avoir lu ou entendu ailleurs, voici quelques-uns des événements les plus extraordinaires qui ne se sont pas produits cette semaine...

FAUX: Les dossiers montrent que la Dr Ford ne détient pas de licence professionnelle de psychologue, il est possible qu’elle ait commis un parjure.

EN FAIT: Christine Blasey Ford n’a pas violé la loi en s’identifiant comme psychologue lors de son témoignage devant le Sénat, où elle a accusé le candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh d’agression sexuelle, comme le suggèrent de nombreuses publications circulant en ligne. Certains textes avancent l’hypothèse que Mme Ford, une professeure d’université de Californie, s’est parjurée en utilisant le mot «psychologue» dans son titre parce qu’elle ne détient pas de licence professionnelle en Californie. La loi de l’État exige que toute personne pratiquant la psychologie en Californie soit titulaire d’un permis de pratique, à l’exception des psychologues qui sont embauchés par des établissements universitaires, des écoles publiques et des agences gouvernementales. Mme Ford s’est dite psychologue de recherche à la faculté de médecine de l’Université Stanford et professeure de psychologie à l’Université de Palo Alto. Les personnes embauchées par une université en tant que psychologue peuvent utiliser le titre sans licence, à condition de ne pas fournir de services au grand public, explique Jeffrey Thomas, un cadre à l’emploi du conseil responsable des licences professionnelles en psychologie en Californie.

***

FAUX: La maison du juge Kavanaugh vandalisée par des extrémistes de gauche.

EN FAIT: Le domicile de M. Kavanaugh n’a pas été vandalisé par des manifestants de gauche, comme l’indiquent de fausses publications circulant en ligne cette semaine. La fausse histoire provient à l’origine d’un site satirique appelé «America’s Last Line of Defence» (La défense de dernier recours de l’Amérique), qui a écrit que «200 manifestants de gauche» ont causé des dommages d’une valeur de 11 000 $ à la résidence de Brett Kavanaugh à Mayo Lake, en Pennsylvanie. Ils auraient prétendument lancé des calendriers, des briques et des bouteilles sur la maison. Certains sites en ligne et des utilisateurs de médias sociaux ont diffusé l’affirmation comme étant vraie. La véritable résidence de M. Kavanaugh se trouve à Chevy Chase, dans le Maryland. Mayo Lake, en Pennsylvanie, n’existe pas. La police n’a reçu aucune information concernant du vandalisme ou des manifestations depuis la nomination du juge comme candidat à la Cour suprême le 10 juillet, selon la sergente Rebecca Innocenti, porte-parole du service de police du comté de Montgomery au Maryland.

***

FAUX: «C’est la victime présumée d’agression sexuelle. Wow.»

EN FAIT: La photo d’une jeune fille publiée par un dirigeant du Parti républicain de la Caroline du Nord visait à se moquer de Mme Ford, qui accuse Brett Kavanaugh d’agression sexuelle. Il s’agit en fait d’une image parue en ligne il y a plusieurs années. La jeune fille n’est pas Mme Ford. Le président du Parti républicain du comté de Cabarrus, Lanny Lancaster, a publié sur sa page Facebook la photo d’une jeune fille portant de grandes lunettes et des broches avec le message: «C’est la victime présumée d’agression sexuelle. Wow.» L’équipe juridique de Mme Ford a confirmé qu’elle n’est pas la jeune fille sur la photo. La publication a suscité de vives critiques. Frank McNeill, candidat démocrate au Congrès dans le 8e district de Caroline du Nord, a qualifié le geste «d’attaque contre la sécurité et la dignité des femmes américaines» dans une infolettre. Le Daily Mail Online avait utilisé la photo dans sa liste des pires photos d’albums scolaires en 2012, attribuant sa source à Worldwideinterweb.